Sélectionner une page

La Lone Peak 4.0 s’insère avec griffé dans une jolie refonte des modèles Altra

Par la rédaction. Photos © Hoka One One, Lacerations.

289g (H), 241g (F)
Hauteur talon de 25 mm (H) et 25 mm (F)
Hauteur avant-pied / métatarses de 25 mm (H) et 25 (F)
Drop de 0 mm (H & F)
140€

Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0

Quand on s’attaque à un monument du trail running comme la Lone Peak, on est sur ses gardes. Malgré ses jeunes années d’existence, elle est déjà un mythe parmi les chaussures de trail running, en plus d’être le best seller du segment de la marque de Logan. Petit rappel : Altra a été lancée en 2009 par Golden Harper son cousin Jeremy Howlett et leur copain Brian Beckstead, rachetée en 2011 par Icon Health & Fitness et, cette année, par VF Corporation, propriétaire de Vans, The North Face et Timberland. Nous avions déjà publié un test de sa petite sœur, la Lone Peak 3.0 ici, il y a un an tout juste :

http://leblog.enduranceshop.com/altra-lone-peak-3-0/

Comme nous l’indiquions déjà, le modèle 3.0 n’avait plus grand chose à voir avec la 2.0 et surtout la 2.5 que nous avions eu la chance d’avoir entre les mains (et les pieds), avant que notre blog ne se lance. La chaussure 2.5, auparavant très légère, plus souple mais pas très protectrice, avait gagné, avec le modèle 3.0, en épaisseur, en renfort et solidité, en maintien du pied dans le chaussant, en accroche et pour tout dire : en maturité. La Lone Peak 3.0 était alors devenue une vraie chaussure de trail pour sentiers cabossés, mauvais temps et tous les terrains difficiles du monde. En revanche, nous n’avions pas eu l’honneur de toucher à la Lone Peak 3.5 qui proposait là encore quelques petites évolutions intéressantes par rapport à la 3.0 : quatre accroches pour guêtre au lieu des deux initiales (une devant, une derrière), une tige un peu plus aérée, une accroche encore améliorée grâce au système MaxTrac™, une sécurité accrue au niveau du talon de la semelle intermédiaire grâce à une plaque de « stone guard » en matière plastique souple qui protège des pierres et objets pointus mais diffuse également mieux les impacts sous l’ensemble du pied, ou encore une languette solidaire de la tige pour éviter aux débris du terrain de pénétrer à l’intérieur de la chaussure. Voilà pour le devoir de mémoire, et les rapides présentations de la famille Lone Peak. Place à la star du moment : la Lone Peak 4.0.

Altra Lone Peak 4.0

Les changements apportés à ce nouveau modèle qui se destine aux coureurs de tout poids, même ceux qui auraient des soucis d’hyper-pronation (et oui car la forme large du chaussant Altra nommée FootShape™ aiderait à réduire la pronation excessive) sont importants, notamment au niveau de la tige. Toutefois, la chaussure respecte la longue tradition de la Lone Peak, à savoir un excellent confort général, une vraie douceur aux pieds (merci au design FootShape™ qui offre plus d’espace à l’avant-pied) et une accroche très efficace. En plus de cela, la chaussure est toujours bien dynamique et propose un amorti qui devrait plaire au plus grand nombre. Il n’est, ni trop important (risque de perte de dynamisme) ni trop réduit (à réserver aux pieds les plus musclés). Notons que, depuis le début de l’année, Altra a lancé une refonte profonde de la plupart de ses modèles. Si l’âme de ces chaussures que nous aimons tant a habilement été conservée, les design ne sont plus les mêmes, des technologies nouvelles sont apparues et c’est un vent de modernité qui s’est récemment emparé de cette marque US qui tient la corde à Hoka One One en termes de chaussures de trail les plus portées sur les grosses courses américaines. Altra est à l’assaut de l’Europe, n’en doutons pas, mais qu’en est-il de la France ? Gageons qu’avec un tel modèle de trail running, Altra continue de faire les bons choix pour toucher un public plus vaste, moins spécialiste et pas forcément aussi raide dingue des longues distances.

Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0

La tige

C’est la grosse grosse nouveauté de cette version. Bien sûr, vous ne couperez pas au fameux FootShape™, une fois de plus, la forme généreuse qui reprend cette de votre pied. Notez que de plus en plus de marques proposent aujourd’hui plusieurs largeurs mais que ce design Altra est vraiment à part. L’essayer c’est l’adopter, selon nous. Sur le dessus du pied : un nouveau matériaux. C’est le « Quick-Dry Air Mesh ». Ce qui change : sa solidité surtout, et puis sa souplesse. Les mesh précédents étaient, disons-le, classiques. Avec ce « Quick-Dry Air Mesh », Altra nous fait pénétrer dans une technologie futuriste bien agréable. Testées dans des conditions encore chaude durant cette fin d’été près de la Méditerranée, le pied n’a pas souffert du chaud, n’a pas macéré, ne s’est pas du tout trouvé serré ou, pire, contraint. C’est ce que la marque appelle le «  draining mesh », littéralement le mesh qui évacue (l’humidité), et cela se fait malgré les renforts externes de l’avant-pied qui sont aussi complexes qu’efficaces. Et ça c’est incroyable ! On le voit clairement sur les photos, c’est assez impressionnant, la chaussure est pour le moins travaillée : entre ce mesh et ses différents renforts, 6 couches différentes composent ces protections, dont une bien abrasive, qui devrait faire du mal aux éléments du terrain sensés vous agresser et qui porte le nom de « sandpaper textured toe cap », autrement dit : coque en papier de verre ! Ça devrait saigner !

Altra Lone Peak 4.0

Ce qui nous a séduits sur cette 4.0, c’est justement cet ensemble construit comme un château fort mais qui s’avère d’une efficacité redoutable. C’est souple là où ça doit l’être, c’est dur quand il le faut, ça maintient bien le pied en place et puis surtout, ça résiste…à tout. Après de nombreuses sorties sur terrains forestiers compliqués, la tige est intacte, quelques griffures mais rien qui ne présage une usure prématurée, loin de là. Vous l’avez compris, Altra a régulièrement fait évoluer ce modèle en y apportant chaque fois une attention dévouée. C’est le savoir-faire de ces « petites » marques encore construites et dirigées par des passionnées que nous louons ici.

Altra Lone Peak 4.0

Deux points de détail : un sur la languette, un sur les lacets. La languette est toujours rattachée aux renforts de chaque côté, de manière à ne pas laisser passer de débris du terrain à l’intérieur, cela ne change pas. C’est une excellente chose. Les bonnes habitudes ne se perdent pas, bravo, le système était déjà en place sur la 3.0. Quant aux lacets, ils ont encore été retravaillés et s’ils sont toujours élastiques (un peu) ils sont surtout plus résistants (beaucoup) grâce à des garants renforcés. Garants ? Oui, ce sont justement des renforts au niveau des oeillets. Ce sont là encore deux bons points. Chapeau bas, tout cela est renforcé mais pas lourd, pas rigide, pas gênant. Du tout. #onestlove

Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0

Pour le reste, on est dans du classique et ce n’est pas la peine de trop s’étendre. On ajoute que les nouveaux passants latéraux pour les guêtres étaient très attendus et qu’ils ne déçoivent pas. On n’est pas au niveau des guêtres que les marathoniens des sables cousent sur leurs chaussures et qui empêchent ce sable africain fin comme de la farine bretonne de rentrer mais, mais, mais, mais on est quand même dans ce qui se fait de mieux sur des modèles de guêtres qu’on peut facilement poser et enlever en à peine quelques minutes. Une dernière chose sur cette tige car c’est intéressant : la coque au talon, autrement appelée le contrefort talon, est beaucoup plus souple que beaucoup d’autres chaussures de running. Et pourtant le pied est parfaitement maintenu. Comme quoi…

Un dernier point sur cette tige : on ne peut que se réjouir du look général. Il est loin le temps où les designers de chez Altra ne devaient pas sortir la tête de leur petit village Mormon de l’Ouest Américain. Hormis la forme encore un peu surprenante pour certains (FootShape™ : la forme élargie du chaussant reprend la forme naturelle du pied), ce design montagnard nous donne vraiment envie de faire du trail running !

Altra Lone Peak 4.0

La semelle intermédiaire

Autre morceau de bravoure car beaucoup plus complexe que les modèles d’avant, tous autant qu’ils soient, cette semelle intermédiaire fonctionne d’abord, et encore, grâce à un mix d’EVA classique (Ethylene-Vinyl Acetate) et de matériau nommé A-Bound™, un composé maison plus respectueux de l’environnement que ces concurrents et qui apporte un excellent taux de retour d’énergie. Autrement dit, c’est grâce à lui que la chaussure offre du dynamisme. La marque, sur ce point, avance que ce A-Bound™, capable de réduire les chocs, est également bien plus résistant que les mousses classiques et qu’il se déformera donc moins rapidement dans le temps. Bien entendu, nous n’avons pas eu la chaussure entre les mains assez longtemps pour confirmer ou infirmer ces dires mais connaissant les Etats-Unis et leur passion pour les règles et surtout les procès en tout genre, on peut concevoir que la marque n’avance pas cela en l’air. Cela voudrait donc tout simplement dire que vous pourrez conserver une conduite fraiche plus longtemps et donc accumuler plus de km avec cette chaussure qu’avec certaines de ses concurrentes. À 140€ la paire, c’est plutôt une bonne nouvelle, non ?

Altra Lone Peak 4.0

A l’essai, même si la chaussure 4.0 est au niveau du poids entre une 3.5 et une 3.0 (295g (H), 247g (F) pour la 3.5 et 275g (H), 227g (F) pour la 3.0), et qu’on ne peut s’empêcher de regretter le poids de la 3.0 bien entendu, elle reste très agréable et se fait oublier au fur et à mesure des km. Bien sûr, pour une course courte, préférez le modèle Superior dont l’amorti est réduit (notez que la toute dernière version de la Superior, la 3.5, est plus renforcée que ses consoeurs au niveau de la semelle intermédiaire et pèse 272g en modèle homme et 232g en modèle femme. N’est-ce pas un poil trop lourd Monsieur Madame de chez Altra ? On verra cela dans un autre test, sans doute). Pour encore plus d’amorti, c’est en revanche vers le modèle Olympus qu’il faudra vous porter (là encore, le tout nouveau modèle a été repensé et pèse 283g en modèle homme et 252g en modèle femme pour une hauteur de 33 mm). Des chiffres, des chiffres, des chiffres.

Altra Lone Peak 4.0

Mais revenons à nos moutons. La semelle intermédiaire de cette Lone Peak 4.0 est donc composée de deux couches. Il y le mix EVA et A-Bound™, dont nous venons de parler, et puis cette nouvelle plaque StoneGuard™ qui, contrairement à ce qu’indique le design extérieur de la chaussure est en réalité placé entre la semelle externe (les gros crampons là) et ce mix de mousse – et non pas juste sous votre pied donc. Comme chaque protection identique (d’autres marques ont un système équivalent sur leurs modèles de trail running) son but est la protection du pied, comme expliqué précédemment dans notre introduction. On ne le voit pas mais sa découpe reprendrait celle de la forme naturelle du pied (vous reprendrez bien encore un peu de FootShape™ s’il vous plaît ?), offrant au passage, selon la marque, une plus grande souplesse et quelques grammes en moins. Quoi qu’il en soit, tout cela fonctionne à merveille et ce n’est pas étonnant, tant ce modèle a d’abord été pensé pour aborder les sentiers de l’Utah, un état d’Amérique connu pour ses montagnes, ses paysages désertiques, lunaires, ses roches et ses cailloux.

Altra Lone Peak 4.0

Un mot pour finir sur le fameux Zero Drop™. Il est propre à Altra et soutenu par ce que la marque appelle le NRS, le Natural Ride System™. C’est un design interne qui permet à la semelle intermédiaire de réagir avec plus de souplesse lors de la foulée et d’accompagner au plus près les mouvements naturels de votre pied sans jamais chercher à le contraindre (merci encore au FootShape™). Bien entendu, comme nous l’a bien expliqué le sales & marketing manager pour l’Europe Romuald Brun, dans une de nos interview précédentes (elles sont à réécouter ici : http://leblog.enduranceshop.com/altra-french-boy/), courir avec du Zero Drop™ ne s’improvise sans doute pas et nécessite, pour la plupart d’entre nous, une transition en douceur.

Altra Lone Peak 4.0

On vous renvoie aussi pour cela au site altra.com et bien entendu aux magasins spécialisés dont les conseillers de vente ont bien été formés. Si toutefois vous avez des questions, posez-les sur notre Facebook et nous y répondrons, avec l’aval d’un responsable d’Altra.

Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0

Semelle externe

MaxTrac™ et TrailClaw™. Wow !!! Avouons que ces deux appellations sont agressives à souhait, comme on les aime pour une chaussure de combat ! Si le caoutchouc MaxTrac™ composait déjà la semelle du modèle 3.5, le système TrailClaw™ sent bon la nouveauté. Et pourtant, si elle a clairement été améliorée, l’idée sur laquelle il repose, était présente dès le départ. Oui, mais alors, le TrailClaw™ c’est quoi ? Ce sont des crampons multi-directionnels et profonds qui sont placés stratégiquement sous vos métatarses et transforme votre pied en patte de fauve pour vous offrir des griffes dont vous avez toujours rêvé.

Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0

Avec de tels crampons aux pieds, le black panther c’est vous ! Toutefois, notez que sur la route (et oui : beaucoup de nos courses de trails ont des portions de route à traverser ou à parcourir sur quelques km), la chaussure réagit bien et ces griffes ne gênent en rien. Quant au MaxTrac™, il est quant à lui produit pour être plus résistant, plus accrocheur, sur sol mouillé notamment. Ce matériau plus mou que celui qui compose les TrailClaw™ offre donc bien toute l’accroche dont on peut rêver d’un modèle haut de gamme de trail running.

Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0

Conclusion

Une tige totalement repensée, une semelle intermédiaire renforcée, une semelle externe encore plus agressive, la dernière née des Lone Peak joue parfaitement le rôle de la chaussure de trail pour longues distances. Cela étant, grâce à son très bon dynamisme, elle s’avère aussi être à l’aise sur les courtes distances. Cela compense un peu le poids légèrement haut du modèle. Il est toutefois dû à ses exceptionnelles caractéristiques de protection, dessous, devant, derrière, sur les côtés. Et on ne peut vraiment le lui reprocher. Une brute cette Lone Peak 4.0 ? Non. On est passé d’un Humvee à une Porsche Cayenne, d’une chaussure anti-choc à une griffe de panthère, plus rapide, étonnement souple, et tout autant dévastatrice.

Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0
Altra Lone Peak 4.0

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This