Sélectionner une page

Brooks Hyperion, on décortique cette série de 3. Première partie.

11 novembre 2020 | Tests Matos

Par la rédaction, avec Andrea Scaramuzza et Gaël Couturier. Photos & vidéo © Brooks, Lacerations

À retenir

– Brooks Hyperion Tempo : 207g (H), 190g (F), drop 8 mm, semelle en DNA Flash avec azote infusée à l’intérieur. Orientation : entraînement. Prix : 150€.
– Brooks Hyperion Elite 1 : 195g (H et F car modèle unisexe), drop 8 mm, semelle en DNA Zero avec plaque de carbone à l’intérieur. Orientation : compétition (durée de vie entre 80 et 160 km). Prix : 250€.
– Brooks Hyperion Elite 2 : 215g (H et F car modèle unisexe), drop 8 mm, semelle en DNA Flash avec plaque de carbone à l’intérieur. Orientation : compétition (durée de vie entre 300 et 600 km). Prix : 250€.

Démarrons donc par cette Hyperion Tempo, dont les premiers modèles sont sortis il y a presque déjà un an lors du Running Event aux USA en décembre 2020.

La chaussure est positionnée par la marque comme une chaussure d’entraînement à la fois dynamique, stable et amortissante. Clairement, c’est un petit bijou pour l’entraînement (150€ !!!) qui marque peut-être la fin d’une époque pour Brooks, celle des semelles en BioMoGo DNA.

La Brooks Hyperion Tempo et la Brooks Hyperion Elite (la version 1 donc) sont sorties en même temps, au tout début de l’année, peu avant les JO de Tokyo, tristement avortés. Au sein de la gamme Brooks, leur conception est révolutionnaire et sont la réponse de la marque de Seattle à la folle série Nike des Vaporfly Next%, Air Zoom Alphafly Next%, Air Zoom Tempo Next%, mais aussi des Hoka One One Carbon X et Rocket X ou encore des New Balance RC Elite et autres Saucony Endorphin Pro, sans oublier les Adizero Adios Pro d’Adidas. Pour mémoire, rappelons aussi que Desiree Linden, l’athlète star sponsorisée de Brooks dans le marathon américain avait gagné le marathon de Boston sous une pluie dantesque et chaussée d’un prototype d’Hyperion Elite. C’était en avril 2018.

Brooks Hyperion
Brooks Hyperion
Brooks Hyperion

La tige

Élégante, stretch, agréable, efficace, respirante. Idéale pour pieds fins donc c’est à essayer en magasin si vous avez les pieds plus larges. Le collier de cheville est confortable, rien à redire sur la languette non plus si ce n’est qu’elle est bien épaisse, bien agréable. Quant au système de laçage, même si les lacets aiment se tortiller et s’enrouler comme des queues de cochon, une fois en place, ils tiennent parfaitement bien. Attention toutefois à la taille : il se pourrait que la chaussure chausse un peu petit. Au final, la tige est simple, sans fioritures et se montre suffisamment protectrice pour vos longs runs sur la route.

Brooks Hyperion

La semelle intermédiaire

La semelle est donc en DNA Flash, une mousse infusée en particules d’hydrogène qui donne à la chaussure un sacré répondant tout en restant bien légère. Ajoutons tout de suite que c’est un modèle de chaussure pour foulée neutre et que si vous souffrez d’hyper-pronation, il vous suffira d’aller chez votre podologue du sport pour qu’il vous fabrique une autre paire de semelle de propreté. La semelle n’est pas la seule du marché à être construite sur ce principe. Sketchers, Reebok, Salomon ou encore New Balance offrent des systèmes similaires. Mais dieu que ce DNA Flash est léger, et bondissant. Vraiment, il offre une conduite très agréable sous le pied.

Brooks Hyperion
Brooks Hyperion
Brooks Hyperion

D’autant que cette mousse reste suffisamment ferme pour vous donner tout à la fois des sensations de vitesse et un sentiment de sécurité sur les entraînements à rallonge. Il n’y a pas de plaque de carbone dans ce modèle mais, si vous vous sentez de faire un marathon avec, rien ne vous en empêchera. C’est un modèle que Brooks cherche à imposer pour l’entraînement mais qui peut aussi faire l’affaire sur vos compétitions. Dernier point : à conserver plutôt pour le printemps et les jours chauds car cette semelle réagirait étrangement dans le froid : elle a tendance à se durcir et perdre de son élasticité.

Brooks Hyperion
Brooks Hyperion

La semelle externe

Elle est fine mais efficace. Résistante à l’usure ? C’est LA question.

Brooks Hyperion
Brooks Hyperion
Brooks Hyperion

Conclusion : C’est la chaussure d’entraînement de Brooks qui va vous faire oublier toutes les autres de chez ce fabriquant. Et ce n’est pas rien de l’écrire. Elle nous a, entre autre, fait penser à une  NB 1400v6 mais avec plus d’amorti et donc de bien meilleures qualités sur longues distances.

Les plus : très légère, avec un très bon retour d’énergie, surtout quand vous accélérez. Son look est également incomparable. Vraiment un beau modèle à acheter aujourd’hui et se garder sous le coude pour mars avril quand les températures seront remontées d’un poil.

Les moins : le prix. Les lacets sont un peu bizarres : très légers, très élastiques mais un peu énervants à lacer. La taille pourrait surprendre (à essayer en magasin quand c’est possible ou faire jouer le retour / échange produit en période de confinement).

Brooks Hyperion
Brooks Hyperion
Brooks Hyperion
Brooks Hyperion

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This