Sélectionner une page

Il court pour faire parler de la dépression. Et c’est très bien.

11 juillet 2021 | News

Par la rédaction. Photos : Dynafit, Unsplash

Ross Jenkin, un anglais de 40 ans vient de mener à bien son projet de cœur : « The Big 4 at 40 ». C’était le 20 juin 2021. Et il est depuis devenu le premier athlète à avoir enchainé les quatre grands itinéraires de trail running du Royaume-Uni, le tout dans un chrono record. Il s’agissait du Paddy Buckley Round au nord du Pays de Galles, le Denis Rankin Round en Irlande du Nord, le Ramsay Round en Écosse et le Bob Graham Round en Angleterre. L’ami Ross a ainsi parcouru 396 km avec 36 874 m de dénivelé positif sur un total de 153 collines ou montagnes, en seulement sept jour. Ce n’est certes pas un chrono de coureur pro mais c’est plus qu’honorable quand on est anonyme, dépressif et qu’on se lance des défis dans les sports d’endurance. On trouve ça vachement bien. Pas vous ?

Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression

Avec son projet de collecte de fonds « The Big 4 at 40 », notre Britannique de 40 ans, officier de police dans la vie, s’est engagé dans ce défi pour attirer l’attention sur les problèmes psychiques, la santé mentale des gens et plus particulièrement la dépression. Ces quatre grandes classiques d’ultra-trail du Royaume-Uni sont des parcours correspondant à environs 24h d’effort chacun. Ils sont donc quand même réservés aux coureurs expérimentés. 

Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression

Quand nous l’avons contacté, Ross nous a réaffirmé sa motivation pour le projet : « Je souffre moi-même depuis longtemps de dépression. Mes symptômes sont d’ailleurs assez graves. Je voulais donc faire quelque chose de positif, et encourager les autres à faire de même. J’ai pensé que ça les aiderait. En ce qui me concerne, je peux vous garantir que cela va beaucoup mieux pour moi aujourd’hui qu’avant de me lancer dans ce projet. Mais si je me sens mieux c’est aussi grâce au travail de préparation que j’ai pu réaliser avant le départ. Bon, allez, j’avoue, sans doute que ma « crise de la quarantaine » a joué un rôle dans le fait de me donner envie de relever ce défi. Mon message aujourd’hui est celui-ci : il faut en parler, ne pas stigmatiser les gens qui souffrent de dépression comme on le fait malheureusement trop souvent, partout dans le monde. C’est important de ne pas avoir peur de dire qu’on prend des antidépresseurs. Pour moi, et beaucoup d’autres gens, prendre des antidépresseurs c’est comme prendre des vitamines pour la tête. Je crois qu’il est non seulement important de parler ouvertement des problèmes de santé mentale en général, mais je dirai même qu’il est dangereux de ne pas en parler.

Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression

Ross Jenkin a donc donné le coup d’envoi de son projet de collecte de fonds le dimanche 13 juin 2021 avec le Paddy Buckley Round dans le nord du Pays de Galles, qu’il a mis 25 heures et 36 minutes à terminer. Il s’est ensuite dirigé vers le Denis Ranking Round dans les Mourne Mountains en Irlande du Nord, qu’il a terminé en 23 heures et 2 minutes. Cette seconde épreuve a été suivie de la Ramsay Round en Écosse en 29 heures et 7 minutes, et enfin par la Bob Graham Rounddans le Lake District anglais. Ce dernier parcours a pris 32 heures et 59 minutes au Britannique. Ross Jenkin a finalement atteint sa destination finale – le Moot Hall de Keswick, dans le Cumbria – le dimanche 20 juin 2021 à 01h48 du matin heure locale, après sept jours d’efforts intenses et quasi non-stop. Durant le projet, le coureur n’a en effet trouvé le sommeil et un peu de repos que lors des trajets en voiture entre les quatre courses.

Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression

Avec ce succès, l’athlète de 40 ans réalise un rêve qu’il poursuivait depuis longtemps.

Ross Jenkin avait en effet déjà tenté d’accomplir ces quatre grandes classiques du trail à la suite l’année passée, mais il avait dû abandonner en raison d’une blessure et de violents orages. Avec son équipe il s’est donc d’autant plus réjoui de la réussite de cette seconde tentative : « À la fin, sur le dernier parcours, le Bob Graham Round, je n’avais vraiment plus de jus. Mon corps était totalement vidé et puis j’avais de fortes douleurs un peu partout. Mais j’ai réussi à aller au bout, à ne pas lâcher, en grande partie grâce au soutien de mes amis, de ma famille et en particulier de ma femme Maria. Tous m’ont tous encouragé et motivé sur le parcours », nous a encore témoigné ce valeureux anglais.

Plus d’infos sur son projet et sa collecte de fonds ici: https://uk.virginmoneygiving.com

Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression
Il court pour faire parler de la dépression

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This