Sélectionner une page

Le off des amoureux Katie Schide & Germain Grangier, part II

10 septembre 2020 | Portraits

Par la rédaction. Photos © MountainsLegacy, Jordan Manoukian, Activ’image

Les off sont à la mode et c’est bien normal. Les courses virtuelles aussi. Fort heureusement quelques organisateurs bien inspirés font de la résistance. C’est le cas de l’Ultra Trail Cote d’Azur Mercantour (utcam06.com) qui a eu lieu ce weekend et où ces deux chouchous de la rédaction se sont imposés avec leur classe légendaire. La première partie de cet article s’appelait « Le off des amoureux Katie Schide & Germain Grangier, part I ». Voici maintenant la seconde partie de notre focus. C’est l’interview exclusive de nos petits protégés. Ils sont les Bernard et Bianca du trail running français. Katie Schide dans le rôle de la cute américaine fine comme une brindille à la Kate Moss et Germain Grangier le champion du monde Français d’accordéon en pantalon pas plus épais qu’un haricot niçois. Pour mémoire, notre premier opus sur ces deux garnements était là : http://leblog.enduranceshop.com/le-off-des-amoureux-katie-schide-germain-grangier-part-i/.

Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari

D’abord, reparlons vite fait bien fait ce petit off entre amoureux de ces athlètes On, Garmin, Compressport et Julbo. Même s’il l’ont fait à la cool, avouons que leurs étapes étaient plutôt costaudes.

Étape 1 – de Cervinia à Schönbielhütte – 35km, 2 700D+ en 6 heures

Étape 2 – traversée de la Haute-Route de Zermatt à Chamonix – 115km, 7 000D+ en 24 heures

Étape 3 – Les Houches, ascension du Mont-Blanc – 33km, 3 800D+ en 11 heures et 30 minutes

Ensuite, au fil de l’interview, nous revenons sur leur double victoire du weekend dans le sud de la France.

Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari

Le Blog Endurance Shop : Comment est né ce projet ? Qui en a eu l’idée ? Vous avez mis combien de temps à le mettre sur pied ? Comment avez-vous choisi le parcours ?
Germain Grangier : Nous n’avions pas prévu de le réaliser au départ car nous avions, comme beaucoup de gens, prévu bien d’autres choses. Mais le COVID est passé par là et nous avons dû nous adapter. Ensuite, nous avions envie de faire plus de montagne et moi je voulais faire découvrir à Katie cette partie-là des Alpes Suisses, elle qui vient des USA et est dans la région depuis quatre ans seulement.
Katie Schide : Voilà, le but c’était de réaliser un projet à la croisée entre alpinisme et trail running en montagne, et de passer du bon temps sur la neige en été.

Le Blog Endurance Shop : Les photos sont magnifiques, tout ça avait l’air vraiment très beau, limite très doux, très agréable, un peu comme une petite sortie en amoureux – sauf que vous êtes des champions et donc les distances et les vitesses sont adaptées à vos habitudes et vos capacités physiques. Mais est-ce que le challenge physique, le dépassement de soi étaient vraiment au rendez-vous….ou pas ? 
Germain Grangier : Bon pour être honnête, on a pris ce projet plutôt à la cool, premièrement parce qu’on était pas sur des sentiers classiques. La plupart des ascencions et la partie Haute Route entre Zermatt et Chamonix se déroulent dans des endroits où il n’y a pas de sentiers à proprement parler. On évolue sur des glaciers, sur des parties techniques et c’est pourquoi il faut prendre le temps d’écouter et d’observer la montagne. C’est par exemple important de passer aux bonnes heures sur les glaciers. Nous, on avait pas du tout envie de finir au fond d’une crevasse ! C’est donc difficile de faire des records sur ce genre de tracé. De par sa nature, la montagne fait qu’on ne peut pas passer à n’importe quelle heure. Donc oui, on l’a vraiment fait à la cool, en 3-4 jours.
Katie Schide : Du coup, le dépassement de soi dont vous parlez on peut dire qu’il était en fait assez contrôlé.

Le Blog Endurance Shop : Qu’est-ce qui a été le plus agréable et qu’est-ce qui a été le plus dur pour tous les deux ?
Germain Grangier : Le plus agréable c’est de passer du temps en haute montagne et non pas sur des sentiers classiques. On a profité de ce moment « off » pour faire des choses que nous n’avons généralement pas trop le temps de faire dans des saisons de compétition normales. Le côté moins fun était lié à notre autonomie car nous avions une toute petite équipe autour de nous et nos sacs pesaient entre 5 et 6 kg avec notamment tout notre matériel de sécurité pour encore une fois toutes ces parties où nous devions traverser des glaciers par exemple. Courir avec un gros sac comme ça c’est jamais très agréable.
Katie Schide : Mais bon, on y était préparé et c’est vraiment plus pour répondre à votre question. Cela reste un détail quand même.

Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari

Le Blog Endurance Shop : On imagine bien qu’on apprend à mieux se connaître sur une telle aventure. Après coup, pouvez-vous nous dire quelles sont les forces et les faiblesses de chacun d’entre vous ?
Katie Schide : En ce qui concerne les points forts de Germain, après nous être concertés, on va dire qu’il a pour nous de très bonnes capacités d’adaptation. En fonction des situations qui surviennent, il parvient toujours à s’adapter et à prendre les bonnes décisions. Dans les faiblesses de Germain, on peut par exemple noter encore un petit manque d’organisation, notamment pour préparer ses ravitaillements.
Germain Grangier : Chez Katie, ses points fort c’est qu’elle est capable de se donner les moyens d’atteindre ses buts. Elle sait bien s’entraîner, bien travailler vers les différents objectifs qu’elle s’est fixés. Elle a de grosses capacités de concentration. Dans les points faibles, par contre, il en résulte parfois des difficultés à improviser ou s’adapter à une situation changeante. On est un peu à l’opposé l’un de l’autre du coup.

Le Blog Endurance Shop : Et qu’est-ce que vous avez découvert l’un de l’autre ?
Germain Grangier : Moi j’ai découvert que Katie, alors que c’était assez nouveau pour elle, est plutôt douée pour la haute montagne. C’est agréable d’être avec elle dans cet environnement parce qu’elle ne panique jamais, elle garde son calme et procède méthodiquement. C’est très important et très agréable de pouvoir partir avec quelqu’un en montagne qui arrive à gérer son stress et ne va pas paniquer et devenir ingérable.
Katie Schide : Pour moi c’est quelque chose que je savais déjà mais qui s’est confirmé pendant ce projet. Germain est un garçon très patient qui ne fait pas passer son ego en premier. Tout ce que nous avons réalisé, Germain aurait pu le faire beaucoup plus vite tout seul ou avec un de ses copains. Mais il est toujours partant pour faire passer en priorité le fait d’être ensemble, de partager ça tous les deux, en amoureux. C’est important pour moi et c’est vraiment très agréable de pouvoir compter sur lui pour ça.

Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari

Le Blog Endurance Shop : Depuis le début de l’année, comment est-ce que vous vous êtes entraînés tous les deux avec le confinement, puis le déconfinement, puis aujourd’hui….on ne sait plus trop où on en est….Bref, rappelez-nous de quoi a été fait votre année sportive 2020 jusqu’à présent. 
Germain Grangier : Cette année on a réussi à s’entraîner un peu comme d’habitude avec ski de rando, de la montagne et du travail de vitesse. On a ainsi chacun battu notre record sur un 10 km route. Moi j’ai fait 31’01 » et Katie a fait 36’21 ». En février j’ai fait mon premier marathon. C’était en Espagne, à Séville et j’ai couru en 2h29′. C’était juste avant le déconfinement. Katie était malheureusement blessée à l’époque donc elle n’a pas pu le faire. Après ça, on a un peu tricoté et on s’est entraîné presque normalement étant donné qu’on vit à la montagne dans un petit village et non pas en ville avec beaucoup de monde tout autour de nous.

Le Blog Endurance Shop : Concernant le Coronavirus, sur un off comme celui-là, quelles mesures sanitaires de protections avez-vous pris ?
Katie Schide & Germain Grangier : En fait nous étions vraiment tous les deux la plupart du temps. Sur les glaciers par exemple, il n’y avait vraiment personne. Donc on n’a pas pris de mesure particulière en fait. Ah si, on avait une corde et de quoi faire des secours en crevasse… Ah ah ah. Bon, on n’est pas tombé dans la crevasse et heureusement parce que c’est bien connu que le coronavirus il y traîne pas mal ses guêtres. Bon, on avait aussi des piolets pour lui éclater sa face et puis des casques lourds bien sûr pour éviter qu’il nous tombe sur la tête….

Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari

Le Blog Endurance Shop : Si vous pouviez choisir d’aller faire un event du bout du monde l’année prochaine, saison 2021 donc, ça serait lequel et pourquoi ?
Katie Schide : On adorerait aller sur les îles Féroé qui sont entre l’Icelande et le Danemark. Le seul hic c’est qu’ils massacrent les dauphins…Mais c’est très joli !
Germain Grangier : Sinon moi la course qui me fait rêver c’est une course de dromadaire au Maroc. J’ai, je pense, une carte à jouer pour 2021, d’autant que je viens justement d’acheter un dromadaire à trois bosses et que je me suis bien entraîné avec la chaleur cet été. Pas vous ?

Le Blog Endurance Shop : Si vous pouviez choisir d’aller gagner un gros event l’année prochaine, ça serait lequel et pourquoi ?
Germain Grangier : La course qui nous fait rêver c’est la course pour laquelle on s’entraîne depuis quelques années. Bien sûr c’est l’UTMB. L’an dernier Katie a fait 6ème et moi 9ème.
Katie Schide : On était en dévouverte du format tous les deux et on aimerait vraiment progresser sur cet événement qui n’a pas son pareil.

Le Blog Endurance Shop : Une question qui n’a rien à voir mais Gary « Lazarus Lake » Cantrell, l’actuel créateur et directeur de The Barkley Marathons, nous avait déclaré un jour que sur sa course, c’était souvent des gens très intelligents qui l’emportaient, des gens qui avaient poussé dans les très hautes études universitaires, des gens avec des doctorats….comme vous (même si vous n’avez pas encore vos doctorats si je ne m’abuse). Son argument était de dire que ces athlètes-là étaient capables de se fixer des objectifs et de les atteindre, avec détermination notamment. La question est la suivante : y-a-t-il un lien entre performance en ultra running et intelligence ? On peut aussi poser la question autrement : est-ce qu’il faut être intelligent pour s’imposer en ultra-trail / ultra-running ?
Katie Schide : À mon avis la première chose à ne pas oublier c’est que le trail running reste encore aujourd’hui dans le monde un sport qui est essentiellement pratiqué par les classes sociales supérieures. Donc on y retrouve des gens qui sont bien instruits, des gens qui ont de beaux diplômes. C’est une corrélation, oui, mais pas une relation de cause à effet. Je ne pense pas que l’on puisse dire que c’est un sport où pour performer tu dois avoir fait de hautes études. L’autre point intéressant à soulever c’est que, oui, il faut savoir faire preuve d’indépendance d’esprit pour bien performer dans un ultra, savoir écouter son corps, analyser ses besoins, s’adapter. Je veux dire qu’il est important d’être en mesure de prendre ce genre de décisions pour soi, seul, sans autres influences au moment où tu en as besoin. Mais c’est quelque chose qu’on peut sans doute attribuer davantage à l’expérience qu’à un niveau de diplôme.

Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari

Le Blog Endurance Shop : Je crois que le point qu’il soulevait était que la détermination nécessaire pour certaines hautes études, les capacités de concentration, étaient utiles dans les courses d’ultra, et tout particulièrement The Barkley Marathons qui est quelque chose de bien spécial. Passons à la course de ce weekend que vous avez tous les deux remportée. Quelles étaient vos stratégies au départ.
Katie Schide : Moi je voulais rester en contrôle, faire ma course et puis éventuellement ajuster ma vitesse plus tard, en fonction de mon classement.
Germain Grangier : Moi j’avais prévu de partir avec la tête de course si le rythme n’était pas trop élevé, c’est à dire non suicidaire pour finir la course avec toutes les difficultés liées au parcours. Puis ensuite serrer les dents pour tenir. 

Le Blog Endurance Shop : Ce n’est pas la première fois que vous remportez tous les deux une épreuve importante, chacun dans sa catégorie. C’est assez rare de voir un couple performer comme cela, tant sur la durée que sur ce genre d’épreuve. À quoi attribuez-vous votre succès : votre mode de vie à la montagne, votre préparation, votre capacité à émettre des stratégie et les tenir en course ?
Katie Schide : Le fait de vivre ensemble à la montagne nous a appris à gérer le rythme de notre vie. Parfois nous avons besoin de ralentir, parfois même de carrément tout arrêter. C’est à mon avis le meilleur moyen de durer dans ce sport. 
Germain Grangier : On essaie également de se tenir à une feuille de route au préalable définie selon l instant à laquelle la course a lieu dans la saison, notre forme physique et mentale du moment et l épreuve sur laquelle on court. Après il ne faut pas hésiter à tout chambouler également en ultra quand les sensations sont là et qu il y a ce feeling du “c est maintenant”. L’ultra c’est de l’adaptation permanente.

Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari

Le Blog Endurance Shop : Le planning de vos prochaines semaines ?
Germain Grangier : C’est difficile à dire. Nous sommes inscrits à la Diagonale des Fous mais il me semble qu’on va se retrouver à faire la bissectrice des débiles dans la forêt du coin. Donc comme tout le monde : on est en stand by. 

Le Blog Endurance Shop : Les courses de la saison prochaine ça sera quoi ?
Katie Schide & Germain Grangier : Même chose, c’est hyper dur à dire. Si on part sur une saison normale, on sera vraisemblablement à la Pierra Menta Hiver puis au MIUT.

Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari

Plus d’infos sur ce couple infernal ici : https://www.themarmots.run/

Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari
Katie Schide, la montagne et son Germain Grangier de (futur) mari

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This