Sélectionner une page

Wave Rider 21, un modèle iconique qui ne déçoit pas.

Par la rédaction, avec Marco Nanni. Photos © Mizuno, Lacerations.
289g (H), 247g (F)
Hauteur talon de 37,6 mm (H) et 34,1 mm (F)
Hauteur avant-pied / métatarses de 24,2 mm (H) et 23,4 (F)
Drop de 13,4 mm (H) et 10,7 mm (F)
145€
Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21

La Wave Rider 21 est une référence du fabricant Japonais d’Osaka (Asics est à Tokyo, Mizuno est à Osaka. Il faut le savoir). La n°22 est proche, sur le point de sortir, mais nous avons toutefois choisi de nous arrêter d’abord sur le modèle 21, avant bien entendu de vous parler de ce nouveau modèle 22, très prochainement. Car c’est ce qui fait le succès de ce modèle mythique : la chaussure est à chaque fois améliorée, retravaillée, modifiée par les ingénieurs et les designers de Mizuno, sans toutefois jamais lui enlever son âme. C’est aussi ça l’une des principales forces de Mizuno : sa recherche et son développement. Car si d’un point de vue du marketing pur, ces samouraïs ne sont pas toujours à la hauteur d’un Nike (mais qui l’est, vraiment ?), leur R&D n’a rien à envier à personne. Pour avoir nous-mêmes visité le siège de la marque et deux de ses laboratoires techniques, il y a quelques années, dans la région d’Osaka donc, nous pouvons affirmer sans conteste possible que Mizuno est bien un des plus grands équipementiers running du globe de par la qualité de sa R&D.

Par rapport à notre première présentation découverte que vous pouvez retrouver ici (http://leblog.enduranceshop.com/test-lance/), nous avons trouvé la chaussure encore plus confortable que ce que nous avions imaginé. C’est une nouvelle excellente ! Son poids est dans la moyenne haute de ce qui se fait dans les chaussures de routes actuelles, oui, mais vu tout l’amorti qu’elle est en mesure de proposer cela n’a pas semblé gêner notre testeur. De plus, et c’est un coup de force majeur, même si la Wave Rider 21 se destine plus aux longues distances, elle reste aussi quand même assez dynamique pour les exercices sur pistes ou les plus courtes distances pour lesquelles elle n’a pas à rougir ni de son poids ni de sa structure de tige aussi belle que complexe. Voici donc une chaussure extrêmement sexy et équilibrée. C’est assez rare pour être souligné.

Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21

Pour mémoire, voici les données géométriques de la Wave Rider 20, le modèle précédent :
292g (H), 235g (F)
Hauteur talon de 34,3 mm (H) et 34,2 (F)
Hauteur avant-pied / métatarses de 22 mm (H)
Drop de 12,2 mm (H), 12 mm (F)

Les points forts du modèle précédent étaient tout à la fois sa polyvalence, sa (relative) légèreté, sa respirabilité, sa conduite souple sur le bitume, sa semelle intermédiaire amortissante mais aussi dynamique, ainsi que le confort général de sa tige, notamment dû à un large chaussant. Ajoutons que la nouvelle forme convexe de la plaque Wave de cette Mizuno – elle n’était pour une fois plus seulement convexe – permettait d’apporter un taux plus élevé de retour d’énergie ainsi qu’un plus grand amorti. De même, sa mousse à deux densités amenait plus de fermeté que de souplesse sous le pied, surtout au niveau de l’amorti talon. Mais au niveau de la tige, le pied respirait convenablement et était tenu en place par un mesh suffisamment stretch. Un beau modèle déjà.

Mizuno Wave Rider 21

La tige

 

La tige de cette nouvelle version 21 est tout à fait exceptionnelle. C’est d’autant plus notre coup de cœur sur ce modèle que les améliorations par rapport à l’ensemble du modèle précédent se concentre principalement sur cette tige. Son design est complexe, oui. Il est même « structuré », comme dit la marque. Et pourtant, la chaussure reste légère, souple, agréable, douce au toucher comme au porter, et respirante. Fini le mesh à trois couches des modèles précédents, voici le mesh à l’ingénierie supérieure nommé : Dynamotion Fit design.

 

Reprenons. On le voit, la nouvelle Wave Rider a pris un peu de poids, et de hauteur. Mais ce qui s’avère être LA modification générale et importante de ce modèle 21, c’est la manière avec laquelle ce mesh bien stretch accompagne désormais idéalement les mouvements du pied lors de votre foulée. Ce confort n’a pas de prix. Il se révèle d’abord sur la tige donc, où, en dehors de sa splendeur (non mais franchement, vous ne trouvez pas ce coloris très réussi ?), le confort y a encore été beaucoup amélioré.

 

Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21

Regardons bien l’empeigne (le dessus du pied). Le mesh est parfaitement travaillé (ingénierie ingénierie ingénierie !!!), très aéré, bien stretch et cela explique beaucoup des sensations de plaisir et de légèreté ressenties par notre testeur, malgré certaines grosses chaleurs estivales et le fait que nous ayons connu des modèles qui, d’aspect, nous paraissaient tout de suite plus aérés, plus respirants. On vous renvoie par exemple à cet article là sur le modèle New Balance Fresh Foam Zante Breath de l’été dernier : http://leblog.enduranceshop.com/new-balance-zante-v3-breathe/. Notons que les matériaux utilisés ici sur la Wave Rider 21 sont de qualités, car malgré leur souplesse, leurs capacités à s’adapter aux mouvements du pied, l’ensemble n’est absolument pas fragile.

Mizuno Wave Rider 21

Prenons maintenant l’exemple du talon : le collier de cheville est plus rembourré, plus doux, plus agréable. Tout autour du talon, l’intérieur de la chaussure est également plus protecteur, plus souple. Malgré l’ajout d’une fine pièce plastique reliée à la semelle intermédiaire sur sa partie externe, la chaussure reste maniable, douce. Dans l’ensemble, vous l’aurez compris, cette tige est une vraie réussite. Belle, design, moderne, légère et souple, elle n’en oublie pas moins de vous offrir un peu de protection et une belle tenue du pied. Que demander de plus ? Les deux logos Mizuno de chaque côté de chaque chaussure apportent même un peu de tenue à l’ensemble, et lui évite d’être…trop souple. C’est une excellente chose. Les lacets sont classiques, ronds et légèrement stretch. Leurs oeillets, sans changements notoires, sont rattachés évidemment à cette empeigne. Quant à la languette, elle sait se faire oublier. Que de bonnes nouvelles.

Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21
Enfin, pour terminer avec la tige,  et comme nous l’avions annoncé, la semelle de propreté est nouvelle, plus anatomique, c’est à dire plus en phase avec la forme du pied à peine rentre-t-il dans la chaussure. Pour être honnête, nous n’avons rien à dire de plus sur ce point. Preuve que l’ensemble nous a une fois de plus semblé parfait. Ajoutons quand même que le chaussant nous a paru un peu large. Ce n’est pas une critique car, à moins d’avoir le pied très fin, cela ne fera que renforcer encore plus votre confort. Cela va aussi dans le sens de ce que nous avions expliqué pour la nouvelle Fresh Foam 1080v8 de New Balance (ici : http://leblog.enduranceshop.com/pour-badwater-135/), à savoir qu’un chaussant large est plus propice aux longues distances.

Pour finir, on note que la chaussure Wave Rider 21, comme l’était la 20, est également disponible en version imperméable. Vivement l’hiver ! Non, bon, OK, on plaisante.

Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21

La semelle intermédiaire

Autre morceau de bravoure de ce modèle, la composition de la semelle intermédiaire mérite qu’on s’y arrête un instant. D’abord précisons bien à qui s’adresse ce modèle : la Wave Rider 21 se destine aux coureurs à foulée neutre, moins de 80 kg de préférence. Comme le modèle précédent, la Wave Rider 20, la mousse utilisée par Mizuno est ici à bi-densité. Elle est composée du composé U4ic sous le médio-pied et de U4icX au talon. Le premier est un matériau léger qui joue sur l’amorti et l’absorption des chocs bien sûr mais aussi sur le dynamisme. Le second se focalise davantage sur l’amorti. Il est plus doux, plus accueillant. Ce dernier est donc logiquement situé au talon, directement sous la plaque Wave.

Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21
Mizuno Wave Rider 21
Notons que celle-ci s’étend désormais du talon aux métatarses, et est non plus seulement convexe pour la répartition de l’onde de choc et le retour d’énergie (plus de dynamisme), mais également concave (depuis le modèle précédent) pour « mieux accompagner la foulée » comme dit la marque. Autrement dit : la forme concave est là pour offrir plus de sensations de souplesse au coureur tout en conservant des propriétés minimum de maintien et de stabilité – pour ce modèle qui reste un modèle neutre et donc sans renfort de contrôle de la pronation. Le résultat de cette combinaison est un peu surprenant dans le sens où c’est un savant mélange de douceur et de dynamisme. Voilà pourquoi nous avions choisi le titre « équilibre » pour cet article avant de finalement trancher sur « sexy », car cette chaussure nous a vraiment beaucoup séduit. Vous pouvez donc faire du fractionné de piste avec ce modèle, il répondra avec vivacité tout en gardant votre pied dans un maximum de confort, mais vous pouvez tout autant vous lancer avec sur marathon. Attention toutefois si vous êtes un poids lourd, on le répète, car l’amorti de la chaussure risque de vous faire défaut.
Mizuno Wave Rider 21

Semelle externe

Rien à redire, c’est du classique : solide et fiable. Le caoutchouc au talon est made in Mizuno et s’appelle le X10. Sous l’avant-pied en revanche, et comme nous vous l’avions déjà annoncé, les encoches de flexion sont larges et profondes. Elles contribuent à la souplesse et au dynamisme de l’ensemble. Good job les samuraïs.

Mizuno Wave Rider 21

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This