Sélectionner une page

Canada man/woman, 3ème. Ça fait peur. Mais on aime ça !

27 juin 2019 | Évènements

Par la rédaction. Photos © Marco Bergeron, Michel Caron pour caxtri.com

Nous y étions pour la première édition en 2017 et nous vous en parlions déjà l’an passé (https://leblog.enduranceshop.com/sauvage-et-beau/). Le Canada man/woman est, au sein de la série des triathlons extrêmes regroupés sous la banière du Xtri World Tour et dont le mythique Norseman tient lieu de tête de file (http://xtriworldtour.com/), certainement l’un des plus beaux, et sans doute pas l’un des plus durs non plus. Ouf ! Vous n’y prendrez pas la pluie, vous n’y mourrez pas de froid. OK vous nagerez de nuit et souffrirez le martyr à vélo. Mais bon. Ce qui ne tue pas rend plus fort ou pas ? 

Canada man/woman
Canada man/woman

Ça se passe donc tous les ans dans la région de Lac-Mégantic, au Québec, pas loin de Montréal. Le dimanche 7 juillet prochain, plus de 200 athlètes provenant d’une vingtaine de pays vivront cette expérience de dépassement de soi rare lors de la troisième édition du triathlon extrême Canada man/woman. Voici pourquoi il faut envisager d’y aller (en 2020 du coup sauvages!).

Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman

C’est la seule épreuve nord-américaine de la série Xtri World Tour

Cette série nous propose des triatlons longues distances, type Ironman (4 km de natation, 180 km de vélo et 42 km à pied). Une partie de la natation se fait souvent de nuit. Nager de nuit est une sacrée expérience ! Mieux vaut ne pas avoir peur de l’eau (qui est souvent….froide !). Ensuite, la partie vélo est pour ceux qui ont le cœur bien accroché car c’est vraiment loin d’être plat. Pour finir, le marathon, quand la distance n’est tout simplement pas plus longue que 42 km, est souvent du trail running engagé, avec du dénivelé. Bref, une étape du Xtri World Tour, ce n’est pas pour les chochottes et c’est bien ça qui nous plaît ! Ce Canada man/woman version démarrera à 4 h 30 avec 3,8 km de nage dans les eaux froides (mais pas glacée) du lac Mégantic, se poursuivra avec 180 km de vélo et un dénivelé positif de 2 500 m sur « la route des Sommets » avec des paysages vallonnés d’une grande beauté et terminera avec 42 km de course mi-route mi-trail pour rejoindre le sommet du Mont-Mégantic avec comme barrière horaire : minuit. Au total : 226 kilomètres et un dénivelé positif totalisant 4 000 mètres « depuis l’aurore jusqu’aux étoiles » comme ils disent.

Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman

C’est l’occasion de voir des triathlètes qui ne se la racontent pas

C’est rare tant sur le circuit Ironman on ne compte plus les petits amateurs qui se prennent pour des pros. Ici, malgré l’intensité de l’événement c’est l’authenticité qui règne. Plusieurs athlètes élites prendront à nouveau le départ cette année, dont les champions de l’édition 2018, Lyne Bessette et Jérôme Bresson, deux canadiens qui en seront chacun à une troisième participation en trois ans. En plus d’être la première femme au sommet, Bessette, 43 ans, avait même réussi à se hisser au 3e rang du classement général, avec un temps de 12 heures 37 minutes 43 secondes. Championne des deux premières éditions de l’événement méganticois, l’athlète olympique qui a représenté le Canada à vélo (course en ligne) aux Jeux olympiques de 2000 et de 2004, espère pouvoir récidiver cette année. « Dans mon cœur et dans mon esprit, mon objectif est de remporter la course et de faire un hat-trick, parce que je suis une fille compétitive, nous a-t-elle confié. Je n’irai pas là-bas pour faire de la figuration. Mais je suis aussi bien consciente qu’il y aura cette année des femmes très compétitives. Mon objectif est de faire du mieux que je peux en cette journée si particulière. Le Canada Man/Woman, c’est une grande aventure et c’est comme ça que je le prends : chaque année, c’est une nouvelle aventure ! ».

Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman

D’après nos informations, Lyne Bessette a d’ailleurs profité des derniers mois pour aider les participants de l’édition 2019 dans leur préparation, avec un camp d’entraînement au début du mois juin, avec Daniel Poirier, l’un des organisateurs du Canada Man/Woman. « Ce bootcamp, c’était pour motiver les gens, dédramatiser un peu la chose, explique-t-elle encore. Il ne faut pas croire que c’est un Ironman. Ce n’est pas ça du tout  ! C’est une aventure, c’est extrême ! ». De son côté, Jérôme Bresson avait complété le parcours en un temps de 10 h 59 min et 37 s l’an passé. L’athlète de 36 ans, 7e au mythique Norseman 2018, a des objectifs différents cette année : « Je veux d’abord me rendre au bout en ayant une très bonne gestion de ma course nous a-t-il ainsi raconté. Je ne m’attends pas nécessairement à avoir une très grande performance. Mon plus gros défi sera de voir comment mon corps va réagir une semaine après avoir fait le Championnat canadien d’ultra trail, une course de 110 km. L’objectif sera d’aller jusqu’au sommet sans avoir trop d’embûches, toujours en gardant le sourire, quoi qu’il arrive ». Sur leur route, se dresseront sans doute la Britannique Caroline Livesey et les Canadien Jordan Bryden, un triathlète pro de 32 ans, et Sylvain Lafrance, 2e en 2018 et 5e en 2017.

Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman

C’est aussi l’occasion de voir des paysages canadiens à perte de vue

Sans oublier de tenter sa chance pour le championnat du monde Xtri 2020 en Norvège : quatre places pour le Norseman 2020 seront ainsi tirées au sport parmi les participants. Dans ce Xtri World Tour, on compte 12 courses à travers toute la planète : le Norseman, le Celtman, le Swissman, le Swedeman, le Jánošík — Slovak, l’Icon, l’Hispaman, le Patagonman, le ManX, le Blacklake et le Fodaxman. Mais nous, on aime tout particulièrement ce Canada Man/Woman pour les paysages canadiens typiques : une nature préservée où l’homme est encore tout petit.

On note que pour les moins expérimentés, le samedi 6 juillet 2019, plus de 400 athlètes relèveront le défi d’un triathlon sprint, une version écourtée du parcours  avec 750 m de nage, 20 km de vélo et un tout nouveau parcours de 5 km de trail running. Avis aux amateurs !

Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman
Canada man/woman

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This