Sélectionner une page

Coureur du dimanche : impossible n’est pas français !

19 mars 2020 | Tests Matos

Par la rédaction, avec Andréa Scaramuzza et Gaël Couturier. Photos © Yanis Ourabah / Coureurs du dimanche

La marque est française, lyonnaise. Mathieu Pelestin, Forian Bachelard et Maxime Marchal se lancent en août 2015 avec l’idée de nous fournir des équipements de running made in France. « Nous voulions valoriser les savoir-faire, aller à la rencontre de partenaires français et lier des relations fortes, favoriser les circuits courts, plutôt que d’aller faire fabriquer de l’autre côté de la planète » nous ont-ils expliqué. En ajoutant : « Soutenir l’emploi tout en limitant l’empreinte carbone, voilà qui faisait sens pour nous ! ». C’est cette idée qui nous a séduits. Mais rentrons plus dans le détail de leurs produits. 

Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !

Chez Coureurs du dimanche, tout est fait en France !

Tissage, teinture, impression textile, confection, broderie, sérigraphie….c’est un vestiaire bien Français. « Après le made in France, nous avons voulu aller plus loin répètent encore en choeur les trois copains. Aujourd’hui, l’ensemble de nos maillots est réalisé à partir de bouteilles en plastique recyclées ». C’est à dire ? C’est à dire qu’un tee-shirt c’est 12 bouteilles recyclées. Ils ajoutent : « C’est pour cela que nous disons que nos maillots ne sont pas seulement des maillots de sport mais qu’ils sont aussi des maillots engagés ! ».

Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !

Des maillots dont les noms sont infinis.

Voici les variantes disponibles :

– Le Champion de France ou la Championne de France : tout simple avec une bande tricolore horizontale au milieu de la poitrine.

– L’Authentique : fait de multiples cœurs bleus et rouges. C’est le logo de la marque !

– Le Bicolore : avec la marque écrite en gros sur la poitrine. La marque ? Coureur du dimanche pour les garçons, coureuse du dimanche pour les filles. Cette version existe en noir et bleu ou alors blanc et rouge.

– La Marinière : là par contre ça ne se décrit pas voyons. Une marinière, vous savez tous ce que c’est. Et c’est la même version pour les garçons comme pour les filles.

– Le Strié, ou la Strié : comme son nom l’indique c’est….bah…strié.

– Le Classique : discret blanc, bleu roi, noir ou rouge avec une bande tricolore sur le bas des manches et bien sûr le logo sur l’épaule.

Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !

Bon, après il y a aussi le CDD (pour Coureur Du Dimanche, avec le nom de la marque dans le dos), le Joueur (il porte « attrape-moi si tu peux sur la poitrine) ou encore la Coureuse du Dimanche (c’est marqué sur sa poitrine), le Marathonien (idem), la Perplexe (elle porte « Qu’est-ce que je fais là ? » sur la poitrine, l’Optimiste (lui porte « Jusqu’ici tout va bien ») et enfin la Joueuse (« Cours toujours (tu m’intéresses) » qu’elle nous dit). Sympa quand même tout ça non ? « Il existe aussi les inscriptions Marathonienne, Inarrêtable, Jour de gloire, Gazelle, Globe-Trotteur, Voulez-vous courir avec moi ce soir, Impossible n’est pas français, Traileur, Traileuse, Rookie. Et les prix : l’ensemble de la gamme va de 20€ à 75€ mais les prix des t-shirts démarrent à 59€.

Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !

Ah, et dans les noms, il ne faut pas non plus oublier ceux-là (dans les variantes Coureuse ou Coureur) : Parisien, Lyonnais, Bordelais, Marseillais, Niçois, Ch’ti, Breton, New-Yorkais (si si et même New-Yorkaise). Bon, et question nouveautés 2020, il y a « La Marinière tricolore » et « Le Pois tricolore ». Le tout en manches courtes ou en manches longues. La collection se décline enfin en bandeaux et en chaussettes mais aussi en sweats à porter avant ou après vos courses.

Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !

Bon mais alors on en pense quoi ?

Alors d’abord on ne peut s’empêcher de dire qu’on adore le concept, les looks, les coupes et l’idée générale qui est derrière la marque. Ça fait plaisir d’avoir une nouvelle marque 100% française qui attaque de plein fouet le marché du running sur le créneau équipementier. Elle n’est pas la seule marque française à s’intéresser au running bien sûr mais elle est la seule à ne faire que du textile et n’être que dans le running, et le lifestyle lié au running. Après, on est bien obligé de parler du prix. C’est un peu cher, sauf si c’est très technique. Ça nous rappelle Rabbit, une marque américaine de Santa Barbara lancée par deux jeunes femmes, et qui cartonne dans tous le pays avec une gamme complète et des t-shirt techniques très agréables dont les premiers prix sont à $45. Pour Coureur du dimanche le premier prix t-shirt est à 59€, ce qui est 10€ plus cher, mais après tout pourquoi pas si la qualité est au rendez-vous.

Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !

Justement, c’est LA question

Nous, on a testé un tee-shirt de la gamme, un très classique et très confortable Champion de France en blanc grâce à un de nos testeurs italiens juste avant cette épidémie qui empêche désormais de sortir. À l’essai, le tee-shirt ne lui a pas semblé proposer de technologie révolutionnaire. La météo était fraîche donc il n’a pas pu tester sa vraie respirabilité. Voilà. Le test n’a donc pas été des plus poussés. L’état actuel des choses nous a empêché de poursuivre ces tests. Espérons donc que nous pourrons remettre la sauce au printemps qui se fait attendre ou cet été quand il fera bien chaud et que le virus sera définitivement K.O. Le mieux pour vous sera encore d’aller jeter un œil en magasin, de toucher les matières, vérifier les coupes et surtout les enfiler pour voir comment vous vous sentez.

Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !
Coureur du dimanche : impossible n'est pas français !

Conclusion : On adore l’idée et sa réalisation. On n’est pas sûr des propriétés techniques de ces tee-shirts pour courir mais on vous promet plus de tests en profondeur quand le monde sera redevenu serein. La marque Coureur Du Dimanche serait-elle la nouvelle Lacoste ? Peut-être…

Les plus : Les looks, les couleurs, les designs. Ça vraiment, on est fan fan fan. Le designer derrière tout ça est bon. Il est un brin minimaliste mais on adore. Attention gros talent.

Les moins : On ne veut pas tirer à boulet rouge sur la qualité technique de l’affaire car on a besoin de plus de temps pour être définitif. Affaire à suivre.

Infos sur www.coureurdudimanche.com

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This