Sélectionner une page

Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada

16 septembre 2021 | Évènements

Par la rédaction. Photos : Carl Vignola, Olivier Mura, Teo Senecat, Bruno Blanchet, Denis Rouleau, Ian Roberge, Richard McDonald, Sébastien Harbec.

Après Courtney Dauwalter sur l’UTMB qui fait 7ème au général il y a deux semaines, voici que deux jeunes femmes démontrent encore une fois que plus les distances s’allongent, plus les chronos des femmes se rapprochent de celui des hommes, dont beaucoup passent à la trappe de ces demoiselles. Pour cause de restriction aux frontières entre le Canada et les USA nous avons manqué cette belle épreuve qu’est l’Ultra-Trail Harricana, inscrite dans le calendrier de l’Ultra-Trail World Tour.

Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada

Un nombre record de 2500 athlètes, répartis sur dix parcours sur trois jours de courses, étaient attendus ce weekend. Ces derniers ont attaqué les sentiers sur 125 km, 80 km, 65 km, 42 km (2 parcours de distance marathon différents), 28 km (de jour ou pour la première fois de nuit), 20 km, 10 km, 5 km et 1 km à partir du vendredi 10 septembre et jusqu’au dimanche après-midi 12 septembre. C’est l’Américain David Hedges et la Canadienne Jenny Quilty qui ont remporté cette épreuve Canadienne de l’Ultra-Trail World Tour, la 10e édition de l’Ultra-Trail Harricana : 125 km et 4200 m de dénivelé positif sur les sentiers de la Traversée de Charlevoix.

Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada

La pluie avait cessé au départ de la course qui s’est ainsi déroulée dans des conditions météo idéales, nonobstant quelques rafales de vent et la traditionnelle fraîcheur nocturne à cette époque de l’année dans les montagnes de l’arrière-pays. Le jeune traileur Américain David Hegdes, 23 ans, a mené toute la course. Il a rallié la ligne d’arrivée au pied de la station de ski du Mont Grand-Fonds, à La Malbaie, après 14 h 40 min d’efforts. Il était venu de NY au Québec en voiture, avec seulement un sac de couchage pour dormir, et sans équipe d’assistance, contrairement aux autres têtes d’affiche.

Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada

Une femme en deuxième position du classement général

Jenny Quilty a de son côté franchi l’arche d’arrivée en 16 h 15 min…en deuxième position du classement général ! La deuxième femme, la Québécoise Marianne Hogan, qui effectuait son grand retour à la course après plusieurs années de blessures, a terminé de son côté 5e au général après avoir mené la quasi-totalité de la compétition féminine à une allure impressionnante et avec un grand sourire aux bords des lèvres. Elle s’est sérieusement tordu la cheville au tiers de la course et a voulu terminer. Elle a alors été dépassée sur la toute fin du parcours par Jenny Quilty qui n’a pour sa part cessée d’accélérer. « C’est la première fois dans l’histoire du 125 km que des femmes terminent dans le top 5 de la course, signe que l’ultra-trail gagne en popularité chez les femmes et que celles-ci peuvent se révéler de très sérieuses adversaires » nous a expliqué Marline Côté, la directrice générale de l’UTHC. L’Américaine Katie Asmuth, 5e de la dernière Western States Endurance Run, a quant à elle complété ce podium féminin (17 h 57). « Rappelons qu’une lutte de titans se dessinait entre plusieurs femmes sur le 125 km, nous ont également expliqué les organisateurs. Elles étaient plus nombreuses que jamais sur ce parcours extrêmement technique, avec entre autres les Québécoises Anne Champagne (DNF), Isabelle Bernier (7e), Joannie Desroches (DNF), Marie-Ève Pelland (7e), Flavie Pelletier (DNF) et Stéphanie Simpson (DNF), mais aussi par les sœurs Marion, Jessica et Stacey (4e et 5e), Américaine de l’État du Maine.

Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada

Chez les hommes, David Hedges a créé un sacré gap avec ses poursuivants

Derrière l’Américain, il a fallu attendre un long moment avant de voir pointer le deuxième homme, le Québécois Jacob Baril-Arnason, un nouveau venu dans le monde du trail québécois. Non seulement Jacob Baril-Arnason n’était pas aux avant-postes durant la course, mais son palmarès se résumait jusque-là à une 57e et une 13e place au 65 km de l’UTHC en 2019 et 2020. Marline Côté, qui connait mieux la scène trail running Canadienne que nous : « Le podium a été complété par un grand habitué du 125 km de l’Ultra-Trail Harricana du Canada, Frederick Jouin, qui bouclait, à 50 ans, l’épreuve pour la cinquième fois. À noter les abandons d’Elliot Cardin, David Jeker, Charles Castonguay, Matthieu Pelletier et Alexandre Genois ».

Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada

Le départ a été donné pour la première fois de son histoire à 13 h.

Depuis la création du 125 km en 2015, la course s’élançait la nuit. « Le départ du 125 km en milieu de journée plutôt qu’au milieu de la nuit a changé complètement l’expérience des coureurs. C’est presque une nouvelle course, a encore avancé Marline Côté, la directrice générale de l’UTHC. Les athlètes peuvent davantage apprécier les paysages grandioses sur les différents sommets en début de parcours, et la majorité d’entre eux arrivent maintenant de jour, alors que l’ambiance est à son comble sur le site du Mont Grand-Fonds ». L’ambiance était d’ailleurs très festive sur le site, alors que 2. 500 coureurs et leurs accompagnateurs étaient attendus sur les trois jours de l’événement. Le beau soleil et la température fraîche, mais aussi les efforts déployés par l’organisation pour dynamiser le site pour le 10e anniversaire, ont contribué à offrir une expérience marquante.

Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada
Deux femmes dans le top 5 d’un 125 km au Canada

Pour marquer le coup de la 10e édition, l’organisation offrait cette année 10 parcours différents.

Les distances allaient du 1 km pour les enfants jusqu’au 125 km, en passant par le 5 km, le 10 km, le 20 km, le 28 km de nuit, le 28 km classique, le 42 km classique, le 42 km Saint-Siméon, le 65 km et le 80 km. Créée il y a 10 ans pour notamment soutenir la Société canadienne de la sclérose en plaques, l’Ultra-Trail Harricana du Canada s’était fixé l’ambitieux objectif d’amasser cette année 100 000 $. C’est au final $150 000 canadien, un peu plus de 100 000 euros de dons ont également été recueillis pour la Société canadienne de la sclérose en plaques. Les organisateurs n’ont pas caché leur émotion d’avoir réussi un tel exploit, alors que l’événement a été fondé lorsque l’un des fondateurs, Sébastien Boivin, avait appris qu’il était atteint de la SCSP il y a maintenant 12 ans.

L’épreuve de 125 km fait partie du circuit de l’Ultra-Trail World Tour, en plus d’être une épreuve qualificative pour les mythiques courses Western States 100 et Ultra-Trail du Mont-Blanc. Infos : harricana.info.

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This