Sélectionner une page

Il a changé ma vie. Ma vie de sportive. Ma vie de maman sportive.

Par la rédaction, avec Laetitia Schuler. Photos © Laetitia Schuler et Laurent Urban.

Bluetens
Bluetens

Le lapinou ? Non. Enfin, si, aussi, il a changé ma vie lui aussi mais on ne va pas se mettre à parler de lui si tôt si ? C’est un chenapan. Il ne change pas. Vivement la nouvelle année et les bonnes résolutions, c’est moi qui vous le dit. Non. Les filles. Les gars aussi. Ce qui a changé ma vie ces dernières semaines, c’est mon nouvel objet du désir : il s’appelle Bluetens. Il est français. Il est pas cher et il fait des merveilles. À rendre jaloux son Lapinou ! Mais Laetitia c’est quoi ce truc ?! Bouge pas jojo lapin, détend-toi, ne dis rien deux minutes et regarde, laisse-moi faire. Je vais remonter mon petit haut que tu aimes bien très lentement et te montrer de près ce que c’est qu’un pack spécial Noël Bluetens à 149€ ! Bouge pas chouchou !!!

Dire que mon p’tit français Bluetens a changé ma vie, serait très exagéré. Mais il a eu un impact. Clairement. C’est indéniable. Il faut dire que c’est bien tombé puisque j’étais blessée quand la rédaction m’a envoyé ce produit en test. Ils sont gentils. C’était un peu Noël avant l’heure. C’est vrai que je n’avais pas eu l’occasion de tester un tas de petites choses dernièrement. #tristesse. Depuis ma blessure, une grosse entorse de cheville en trail running ce printemps, j’avais remonté la pente lentement, doucement, mais sûrement. Il me manquait quand même un vrai coup de boost.

Séances de kiné. Repos. C’était encore mon quotidien. Mais « l’électrothérapie » alors ?

Franchement, ce mot, é-l-e-c-t-r-o-t-h-é-r-a-p-i-e, je ne le connaissais pas. Et mon Lapinou non plus. Bon, après un peu de recherches (de ma part, pas de la sienne), j’ai fini par trouver la réponse à ma question : si l’électrostimulation consiste à envoyer un petit courant électrique au muscle pour le stimuler, l’electrothérapie , voyez-vous, ce n’est ni plus ni moins que l’application thérapeutique…de l’électrostimulation. Celle-ci, on le sait, peut soulager une douleur ou bien apporter un renforcement musculaire. Les marques sont légions, ou presque, et les résultats sont démontrés. Ça c’est vrai. Il n’y a qu’à voir le nombre d’athlètes élites et de kinés du sport qui utilisent ces machines d’électrostimulation pour s’en convaincre. Dans les deux cas, du soulagement de la douleur, ou du renforcement musculaire, il s’agit d’une « neurostimulation électrique transcutanée ». Je n’invente rien. Vous pensez bien. Le site de la marque est très bien fait sur ce sujet pour apporter des réponses simples aux ignares dans notre genre et je vous encourage vivement à aller y faire un tour, notamment dans leur foire aux questions très bien foutue :  http://www.bluetens.com/fr/foire-aux-questions/. Vous y apprendrez, comme moi, que l’athlète Véronique Mang, médaillée de bronze du relais 4×100 m des Jeux olympiques d’Athènes (2004) est une des ambassadrices de la marque. C’est un exemple. Un exemple qui me motive. Et puis l’électrostimulation, autrement dit, la stimulation électrique, c’est loin d’être nouveau. Ça date même de l’antiquité égyptienne ! À l’époque, il le faisait avec des poissons en utilisant leurs décharges électriques pour soulager la douleur. Fin des années 60, elle trouve une application dans le milieu sportif et, fin des années 90, c’est le grand boom de l’électrostimulation telle qu’on la connaît. Une fois de plus, pour les curieux, je vous renvoie à l’historique très bien fait du site web de la marque.

C’est là : www.bluetens.com/fr/2018/11/14/histoire-electrotherapie/

Bluetens
Bluetens
Bluetens

Mais du coup, une question : pourquoi ce nom, là, Blue…tens ?

TENS, nous dit la marque, c’est l’abréviation de  Transcutaneous Electric Nerve Stimulation, soit, en français : neurostimulation électrique transcutanée. Là encore, les filles, je n’invente rien. Nada. Niente. Nichts! Et donc la neurostimulation électrique transcutanée c’est la partie de l’électrothérapie qui consiste à soulager la douleur. Et blue ? Bah bleu. En anglais. Comme la couleur. Même Lapinou avait trouvé là. Parce que l’appareil est bleu donc. C’est tout.

Bluetens
Bluetens
Bluetens

Une appli’, un téléphone et du Bluetooth. That’s all folks.

Ce qui me plaît c’est le côté pratique : l’appli se télécharge rapidement. C’est simple. Et il y a un choix de programmes différents avec un descriptif clair. Sur le téléphone, l’application indique par exemple où placer les électrodes. Je n’ai plus vraiment de douleur à proprement parler sur ma cheville, donc je ne m’en suis pas servie pour ça. En revanche, j’ai tout de suite compris que l’appareil pouvait m’aider à tonifier et même renforcer mes muscles. Et là mon Lapinou, d’un coup, ça l’intéresse. Tu penses bien Jacqueline. Ni une ni deux, je vais donc prendre soin de mon petit ventre et faire travailler mes fessiers. « En béton alors » me rétorque l’animal. Grrr…Vous avez le même à la maison non ? Oui, globalement on a t-o-u-t-e-s le même. La première chose qui me plaît avec Bluetens, je reviens aux choses plus essentielles dans la vie, c’est la facilité d’utilisation, le côté « sans avoir eu à quitter mon canapé ». Pour la première utilisation, il faut commencer par charger les boîtiers à l’aide des câbles fournis sur une prise USB. Mais, là, vraiment, rien de sorcier. La petite lumière orange qui apparaît au branchement de l’appareil s’éteint d’elle même quand le boîtier est chargé. Facile. Je crois que la force de ce produit pour le moment, c’est sa simplicité. Comme Lapinou. Tu l’as cherché gredin.

Bluetens
Bluetens

Mon premier test : le haut des cuisses.

Pour ma première utilisation, je choisis le mode « décontractant musculaire ». C’est dans le programme massage sportif, option courbatures. Il dure 23 minutes. 23 minutes de plaisir. J’avais en effet fait une belle séance de course à pied sur mes collines varoises avec mon Lapinou juste avant (qu’il est rapide mon Lapinou, waou, j’en suis encore toute retournée…) et je souhaitais prévenir l’apparition des désormais classiques, néanmoins désagréables, courbatures. La zone d’expérimentation choisie, était donc…le haut cuisses ! Comme Bardot. Notez que l’application vous propose pour chaque zone du corps, une multitude de programmes, entre renforcement, soins, relaxation et traitement sur plusieurs semaines même, avec des séances programmées dans un calendrier intégré à l’application qui contient jusqu’à 100 programmes disponibles gratuitement. Et oui, je sais, ça impressionne.

Bluetens
Bluetens
Bluetens
Bluetens

Chaque programme comporte aussi un petit laïus et une photo qui vous explique comment placer les électrodes, mais aussi le pourquoi, le comment, le but et la durée de la séance. Certains programmes sont courts, à partir de 15 min, et d’autres sont très complets : jusqu’à 120 min. Le gros point fort, je pense c’est qu’on peut donc tout à fait adapter sa séance en fonction du temps dont on dispose. C’est  hyper pratique. Ça fonctionne pour chaque zone à traiter, chaque pathologie à soigner ou encore chaque effet escompté. Je trouve qu’il y a un bon accompagnement à chacune des étapes. J’ai par exemple découvert la méthode « Han ». Je n’en dis pas plus et je vous laisse la découvrir. Car je vous jure les filles, ce truc, c’est juste extraordinaire !!! Jusqu’à présent, ce test Bluetens, c’est total positif-jouissif. Les sensations ressenties sont agréables, jamais douloureuses. Pour les peureuses et les pleureurs, vous pouvez très facilement abaisser ou augmenter l’intensité des impulsions électriques à tout moment grâce à la molette installée sur le boîtier ou encore, logique, à partir de l’application. Rien de plus simple. On peut aussi, évidemment, carrément stopper le programme quand on veut. Petit détail qui m’a bien plu aussi : à la fin de la séance les électrodes se décollent très facilement – elles ne collent pas les doigts quoi – et se remettent sur le support d’origine sans souci. On peut donc les réutiliser facilement. Moi, en deux mois d’utilisation, avec une application deux à trois fois par semaine sur le haut des cuisses, la peau chaude de mon ventre et mes chevilles glacées, je n’ai constaté aucune usure de ces petites électrodes. Hum, il me plaît bien lui. Le Bluetens je veux dire. Mais oui, Lapinou, rooooo, toi aussi tu me plais !

Mon deuxième test : le ventre

Encore un programme qui va me plaire…. J’opte, pour celui dit de « tonicité musculaire ». Dès le démarrage, je sens que ce n’est pas le même travail. Ah oui ! C’est pas tant que depuis la naissance de mes deux enfants, j’ai perdu tous mes abdos, non. C’est juste que là, avec ce programme, ça roule, ça vibre, ça presse, ça pulse, ça malaxe….mais la sensation n’en demeure pas moins…agréable. Oui, enfin ça ne fait pas mal quoi. C’est le principal. Je ressens bien les contractions, les rotations, les changements de rythmes. Je suis transportée. Je voyage. Je suis amoureuse. Enfin je crois. Après ma séance, je me suis sentie légère, satisfaite, contente et fière même d’avoir fait une bonne action pour mon – si joli – corps. Amoureuse, transie, je vous dis.

Bluetens
Bluetens
Bluetens

Quant à ma cuisse endolorie…

Après deux séances, plus aucune douleur et aucune courbature à signaler non plus. Je sais. Je sais ça paraît fou. Ça fait la fille qui est payée par la marque pour leur faire de la pub. I know. Véronique Mang sort de ce corps ! Pourtant non,. Je vous le dis, et je répète la même chose à mes cops : j’ai  retrouvé des jambes légères et une sensation de bien être significative. Quant au renforcement musculaire effectué sur mon ventre (le « bidou » comme dit mon Lapinou-crétin de chéri), j’ai bien ressenti le travail localisé qui a été réalisé. J’ai eu de petites courbatures, oui, mais ça m’a fait plaisir. Lapinou, lapinou !!! J’ai des abdos, viens voir. Mais viens voir j’te dis ! Ah ah. Ça a fait ma journée, et ça a fait la causette au bureau quand j’ai fait toucher l’acier trempé de Terminator à mes cops.

Bluetens
Bluetens
Bluetens

Ma conclusion sur ce Bluetens

Dès la première utilisation, j’ai senti que j’allais aimer ce truc. Hormis son côté kiné à domicile bien appréciable et bien connu de celles et ceux qui utilisent déjà l’électrostimulation, le vrai plus pour moi, vraiment, c’est la simplicité et l’application sur le téléphone. Je n’irais pas acheter de moi-même une autre de ces machines infernales mais celle-là franchement, elle est quand même assez irrésistible. Et puis on passe tellement de temps sur son téléphone aujourd’hui, on y est tellement habitué, que Bluetens s’est vite transformé chez moi en soutien psychologique. Non, je sais, là encore ça fait too much. Mais vraiment. Je n’exagère pas. Quand Lapinou n’est pas là, j’appelle Bluetens. Ou presque. En vrai, j’ai adoré ce truc. Question design, j’y reviens, le gros avantage pour moi c’est qu’on peut l’emmener partout. Il est petit, pratique, léger. Et puis c’est silencieux. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’on peut faire une séance de Bluetens sous la table, en douce, pendant le repas de famille de Noël du 24 décembre au soir, histoire de se déculpabiliser en direct-live de manger tout ce fois gras, mais presque. J’ai essayé de le faire pendant les devoirs de mes enfants. Ils n’y ont vu que du feu. La récitation et la maitresse le lendemain aussi. La classe. Lapinou ? Ah bah lui aussi il n’y a vu que du feu quand le soir venu, parfois, une fois dans le canapé bien calée devant la télé, j’avais mon Bluetens qui vibrait sur le ventre ou le haut de mes cuisses. Comme Bardot. Il n’a rien vu. R-i-e-n. Du feu je vous dis. Une dernière chose : chez Bluetens, ils font un pack duo. Un truc de fou où tu peux à la fois réduire les douleurs de ta tendinite à la cheville et dans le même temps décontracter tes lombaires. Ou le prêter à son Lapinou pour une séance à deux. Quant à toi marsouin. Malheureux. Mon Bachi-bouzouk de charme, mon bougre de faux jeton à la sauce tartare que j’aime, mon coloquinte à la graisse de hérisson qui me plaît, mon zouave interplanétaire, ma bayadère de carnaval préférée…Non, en fait, et ben, tu sais quoi ?…Ne change rien poussin. Et oui, oh, oui, voyou, vas-y, électrifie-moi encore un coup le haut des cuisses !

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This