Sélectionner une page

Ironman World Championship d’Hawai`i : que s’est-il passé cette semaine ?

11 octobre 2019 | Évènements

Par la rédaction. Photos © Ironman

Un peu d’histoire, un planning pré-course chargé, des vérités sur les retombées économiques, la conférence de presse des pros, la lutte contre le dopage et une française de 18 ans qui a tout l’avenir triathlétique devant elle.

Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï

Rappel historique précis et important

En 1977, lors d’un banquet de fin d’année du club de natation le « Waikiki Swim Club », un officier de la Navy en poste à Hawaii John Collins, commence à imaginer une épreuve insolite à laquelle personne n’a jusqu’ici vraiment pensé. Il en parle à sa femme, Jody Collins et tous les deux décident de lancer ce défi hors normes composé des 2.4 mile (3,8 km) de la compétition de natation nommée Waikiki Roughwater Swim, puis de la course de vélo de 112 miles (180 km) qui s’appelle l’Around-Oahu Bike Race (à l’origine cette course s’étend sur 114 miles et dure deux jours), le tout suivi par un marathon (26.2 miles) qui se ferait sur le même parcours que le marathon d’Honolulu. John Collins raconte : « On s’était dit que le coup de feu lancerait le départ à 7h du matin, que le chrono ne s’arrêterait pas et que l’on nommerait Ironman le premier participant qui passe la ligne d’arrivée ». C’est ainsi que le 18 février 1978, 15 participants, y compris John Collins lui-même, se sont donné rendez-vous sur les plages de Waikiki pour se lancer dans le premier Ironman du genre. Avant que la course ne démarre, chacun avait reçu trois feuilles reprenant les règles et une description du parcours. Sur la dernière page, il y avait écrit : « nagez 2.4 miles (3,8 km) ! Pédalez 112 miles (180 km) ! Courez 26.2 miles ! Et puis frimez pour le restant de votre vie ». Le premier des 12 finishers, 3 ont abandonné en cours de route, était un chauffeur de taxi fan de fitness nommé Gordon Haller. Il avait terminé les 140.6 miles en 11h46’58 ». C’est donc lui et lui seul le premier vrai Ironman. John Collins avait quant à lui terminé la course en un peu plus de 17h. Après quelques années sur les rivages d’Oahu, l’île où se situe la capitale de l’état d’Hawaii, ce n’est qu’en 1981 que la course a déménagé vers les champs noirs de lave séchée de Kona. C’est aussi là qu’ont réellement commencé les ennuis pour les participants avec ces vents violents sur le vélo et ces températures brûlantes et souvent sans une once d’ombre. C’est depuis cette époque que les triathlètes qui font de l’Ironman ont fait leur la maxime suivante : « Anything is possible® », devenue depuis une marque déposée. Ce samedi, et pour la 43ème fois (la course a eu lieu deux fois en 1982), près de 2500 athlètes vont se lancer dans une aventure de 140.6 miles de long, c’est à dire 226 km de long. 

Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï

La réalité économique de l’Ironman aujourd’hui.

On entend parfois (souvent ?) les non-pratiquants de l’Ironman critiquer ces courses où les dossards coûtent plus de 500€ et les vélos souvent 10 000€. Le triathlon et plus particulièrement la pratique Ironman est un sport de frimeur, c’est vrai. Mais c’est aussi, et surtout, un mode de vie très sain qui apporte énormément de satisfaction. Et puis ce que les critiques de l’Ironman en général oublient c’est l’énorme impact économique de ces courses sur les sites où elles se déroulent. À titre d’exemple, et parce que nous en avions parlé récemment, le dernier championnat du monde de half-Ironman (autrement appelé Ironman 70.3) qui s’est déroulé à Nice dans le Sud de la France les 7 et 8 septembre derniers aura eu plus de 22 millions d’euros de retombées directes pour la ville de Nice et sa région (près de $25 millions). C’est bien entendu un chiffre énorme qui fait réfléchir et donne des frissons à pas mal d’autres petits sports et événements sportifs. Aujourd’hui propriété du Wanda Sports Group (côté au Nasdaq: WSG), la marque appartient plus généralement au conglomérat chinois le Dalian Wanda Group (Wanda avait acheté Ironman $650 millions en 2015). Présent dans 44 pays avec 260 épreuves et 680 000 participants chaque année, le portofolio Ironman aujourd’hui est plus vaste que jamais : des Ironman full-distance, des Ironman half-distance, des triathlons courtes distances, la série des Rock ‘n’ Roll Marathons sans oublier quelques marathons de classe mondiale type le Standard Chartered Singapore Marathon™ qui aura lieu de décembre. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, Ironman est le plus grand organisateur de sport de masse au monde (235 événements dans plus de 55 pays). Dernier point que nous voulions soulever dans ce domaine, c’est le merchandising Ironman sur lequel vont sûrement se jeter les participants et leur famille. Plus de 200 produits différents aux couleurs de l’événement répartis dans 40 catégories différentes et des marques que l’on connaît et apprécie, telles que Compressport et Hoka One One sans oublier Suunto qui propose une Suunto 9 Baro Titanium Ironman en édition limitée à 1406 montres. Ce village Ironman est par ailleurs installé sur près de 2000 mètres carrés.

Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï

La conférence de presse des pros

Toute la semaine, depuis le weekend dernier, la petite ville de Kona a donc encore une fois été rythmée par le triathlon Ironman. Un exemple : dimanche dernier, le 6 octobre, un entraînement natation a été organisé dans la petite baie de Kailua Bay avec près de 700 athlètes qui ont pris part à l’événement. C’est vraiment sans importance mais ce sont l’anglais Alistair Brownlee et l’australienne Sarah Crowley qui sont sortis en tête de l’eau respectivement en 46’07 » et 49’40 ». Mardi dernier, il y avait également la parade des participants et ce ne sont pas moins de 74 pays qui étaient représentés. Chaque année, la parade part du Courtyard by Marriott King Kamehameha Kona Beach Hotel et descend la fameuse route Ali`i drive pour rejoindre le village de l’événement à Hale Halawai. Hier jeudi 10 octobre avait lieu la conférence de presse avec quelques athlètes triés sur le volet. Chez les messieurs il s’agissait de :

– Patrick Lange. L’Allemand est le champion sortant.

– Bart Aernouts, l’athlète belge qui avait fini second l’an passé.

– Alistair Brownlee, l’anglais plusieurs fois champion du monde ITU et également double champion olympique (2012, 2016) dont on attend beaucoup sur la distance.

– Braden Currie, un néo-zélandais capable de créer la panique dans le peloton de tête et la surprise sur le prodium.

– Jan Frodeno, l’Allemand qui a gagné deux fois et dont on attend beaucoup (soit il gagne encore soit – en gros – sa carrière va prendre une tournure différente).

– David McNamee, un autre anglais qui aura à cœur de progresser car il a fini 3ème en 2018 et 2017.

– Tim O’Donnell, certainement l’Américain qui a le plus de chance de faire quelque chose, même s’il n’est pas vraiment pressenti pour un podium.

Manquaient selon nous à la fête trois figures du sport masculines qui nous paraissent pourtant incontournables : le canadien Lionel Sanders (un fou furieux capable du pire comme du meilleur), l’allemand Sebastian Kienle (vainqueur en 2014 qui a à cœur de montrer qu’il n’est pas fini) et l’ancien pro de vélo australien qui risque de faire parler de lui tant il a progressé à pied : Cameron Wurf.

Chez les femmes, à la conférence de presse, il y avait :

La Suissesse Daniela Ryf déjà quatre fois gagnante et qui remet une fois de plus son titre en jeu. L’Australienne Mirinda Carfrae qui tente un come-back mais a déjà gagné deux fois en 2014 et 2013.

La jeune anglaise Lucy Charles-Barclay qui nage aussi vite que les meilleurs hommes et a fait seconde les deux années passées.

Sarah Crowley, une australienne qui a terminée 3ème en 2017.

Anne Haug, la meilleure allemande du moment qui a terminé 3ème l’an passé.

Heather Jackson et Sarah True les meilleures Américaines du moment qui peuvent jouer les trouble fêtes et bousculer la hiérarchie.

Le programme de ce qui s’est déroulé cette semaine est là.

Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï

Ironman dans la lutte contre le dopage

On le sait, la société Ironman est partenaire avec des antennes nationales de lutte contre le dopage et fait réaliser au moment des courses mais pas seulement des contrôles anti-dopage à la fois sur les athlètes professionnels mais aussi sur quelques amateurs qui réalisent des performances dignes d’intérêt. À Kona, à Hawaii, toute cette semaine, ont notamment été réalisés des contrôles et les analyses sont en cours en ce moment même. Les responsables Ironman ont par ailleurs lancé une campagne de sensibilisation et de lutte contre le dopage qui s’appelle « I am true », littéralement : « je suis vrai », ou « pur ». Plus d’infos sur www.ironman.com/anti-doping, le compte Twitter  @IMAntiDoping ou encore www.wada-ama.org.

Un mot sur deux athlètes qui ont attiré notre attention

D’abord la Française Pauline Anouk Chloé Dauvergne qui, à 18 ans, sera la plus jeune participante de l’événement. Kona sera son second Ironman. Et puis le japonais Hiromu Inada qui à 86 ans sera lui le plus vieux de la course. L’an passé, et à 85 ans donc,  Hiromu était déjà le triathlète le plus vieux du monde à terminer un Ironman. Chapeau bas à tous les deux franchement.

Ironman World Championship d'Hawaï
Ironman World Championship d'Hawaï

Les stats du 2019 Vega Ironman World Championship de Kailua-Kona, Hawai`i : 

73% des inscrits sont des hommes (1783 athlètes) et 27% sont des femmes (669 athlètes)

L’âge moyen des participants est de 44 ans

Le Japonais Hiromu Inada, à 86 ans, est le plus vieux participant homme tandis que le danois Valentin Carboniero est à 20 ans le plus jeune. Chez les femmes, l’Américaine Dexter Yeats est à 74 ans la plus vieille tandis que la Française Pauline Anouk Chloé Dauvergne est la plus jeune (20 ans).

6 athlètes fêteront leur anniversaire ce weekend.

Environs 95 000 athlètes dans le monde entier participent à des Ironman sur une année.

1512 participants sont des All World Athletes™

Plus de 5000 bénévoles seront là pour cette fête du triathlon à l’américaine

La course aura 20h de retransmission live via Ironlan Now™ sur Facebook Watch ici (20 millions de vues l’année dernière): www.facebook.com/IRONMANnow, sans oublier la mythique restransmission de NBC aux USA.

Enfin, si jamais vous voulez lire un article polémique sur Ironman, c’est là (mais c’est en anglais sauvages) : https://www.nytimes.com/2019/01/25/sports/ironman-original-lawsuit.html

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This