Sélectionner une page

La meilleure Hoka pour le trail de tous les temps

30 décembre 2019 | Tests Matos

Par la rédaction, avec Gaël Couturier et Julie Brown. Photos © Lacerations, Hoka One One.

263g (H) et 223g (F).
Hauteur talon de 32 mm (H et F)
Hauteur métatarses de  28 mm (H et F).
Drop de 4 mm (H et F)
170€ (les pro-model c’est toujours cher sauvages…)

Les Vacances de Noël touchent à leur fin, il était temps de se remettre au travail ! Voici enfin le test d’une chaussure très attendue depuis le fin de l’été, la nouvelle Speedgoat EVO. C’est le modèle light de la fameuse Speedgoat à destination des coureurs de tout niveau et sur toutes distantes y compris les longues, mais surtout les plus accidentées. C’est un modèle léger et dynamique comme ces prédécesseures mais c’est aussi un modèle plus résistant, avec une tige en composite Kevlar, un matériau de fibres synthétiques réputé pour leurs solidités (développé en 1965 par DuPont). C’est ce que la marque appelle le Matryx® et c’est apparement de cette fine couche de Kevlar que la chaussure tient son nom : EVO. En dessous de cette toute nouvelle tige, la semelle intermédiaire et externe est exactement la même plateforme que sur la Speedgoat version 3 que nous avions testée ici :

https://leblog.enduranceshop.com/hoka-one-one-speedgoat-3-karl-meltzer-toujours-aux-manettes/. Vous allez le voir, si nous n’avions jamais douté de la qualité de cet ensemble, et nous avions raison, la vraie question que chaque nouvelle chaussure Hoka One One nous pose reste celle de la largeur du chaussant. Car comme nous l’avons souvent répété, Hoka One One a, depuis le départ, pris la fâcheuse habitude de proposer des modèles pour pied de largeur normale à fine, voire très fine. Alors alors ?

Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo

Cette chaussure a d’abord fait l’effet d’un prototype ultra secret. Elle a été révélée à l’été sur la course de trail la plus mythique du monde, la fameuse Western States® 100-Mile Endurance Run qui se déroule chaque fin de juin en Californie. La Speedgoat existait déjà, dans trois versions successives. Que pouvaient donc bien lui rajouter les ingénieux designers californiens de Goleta (à côté de Santa Barbara) sans pour autant lui donner le nom de Speedgoat 4 ? Une nouvelle tige ? Oui. Tout simplement une nouvelle tige.

Hoka One One Speedgoat Evo

La tige

Commençons donc tout de suite par dire que ce nouveau matériau en Kevlar est hydrophobe. Cela ne veut pas dire qu’il est imperméable mais simplement qu’il fait barrage aux projections d’eau que vous pourriez trouver sur votre chemin. C’est idéal parce que franchement, qui s’amuse à mettre le pied dans une grosse flaque d’eau volontairement, ou bien qui part courir exprès sous la pluie ? Pas vous. Pas nous. L’imperméabilité sur une chaussure de running c’est bien, mais c’est loin d’être indispensable, même au beau milieu de l’hiver. Hoka One One – comme d’autres marques avec d’autres matériaux qui leur sont propres – trouve le moyen de faire d’une pierre deux coups : produire une chaussure qui reste légère et que l’on peut porter 365 jours par an. Voilà pour cette sur-couche. Ajoutons qu’à l’usage, en ce début d’hiver, nous n’avons pas ressenti d’échauffement gênant ou de manque de respirabilité. Cette tige en Kevlar c’est donc 100% de réussite. Nous n’avons certes pas testé la chaussure en été et les conditions météo de la Western States® 100-Mile Endurance Run cette année n’ont pas été parmi les plus chaudes de l’histoire de la course (première édition en 1974 et des températures max qui touchent régulièrement les 40°C) mais faisons confiance aux athlètes pro de la marque car ils la portent autant en Californie en plein hiver que sur l’UTMB de Chamonix où, clairement, tout peut arriver.

Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo

Concernant le confort et donc cette fameuse largeur qui nous intéresse tant depuis que nous avons commencé à tester ce modèle Speedgoat (notre test de la version 2 est très parlant : https://leblog.enduranceshop.com/hoka-one-one-speedgoat-2/), on a osé penser que cette EVO est un poil plus large. Et la réponse est oui. Ouf ! C’est une excellente chose. Par contre, on ne peut pas tout avoir dans la vie, et l’ensemble est un peu moins souple au pied. C’est certes stretch au-dessus des orteils (on s’en rend bien compte sur les photos avec la pièce de type Néoprène), c’est plaisant, oui, mais sur les côtés ça reste un peu dur – un peu. Pas de panique, on chipote. D’autant qu’on note plus de sûreté tout autour de votre pied, un pied un peu mieux calé dans son empeigne. C’est aussi la garantie de plus de précision lors de la foulée, quand vous accélérez. Pensez aux chaussons d’escalade. C’est serré pour la précision et c’est l’idée visiblement défendue par Hoka One One ici. Idée louable évidemment.

Mais c’est toutefois à essayer en magasin car certains d’entre nous auront sans doute besoin d’une taille au-dessus pour être à l’aise dans la largeur. On a par exemple vu un testeur américain qu’on sait être obligé de sortir son couteau suisse et faire des entailles sur les côtés de la chaussure sur un ultra bien long de cet été (Tor des Géants pour ne pas le nommer).  Bon. OK. C’est un exemple extrême car la course fait 330 km. C’est vrai. Mais vous voilà prévenus sauvages : il faut essayer en magasin. C’est la seule solution.

Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo

La semelle intermédiaire

On ne va pas trop revenir dessus car on l’a déjà beaucoup fait ici :

https://leblog.enduranceshop.com/hoka-one-one-speedgoat-3-karl-meltzer-toujours-aux-manettes/

Mais nous allons quand même rappeler une chose : la chaussure était aux pieds de Jim Walmsley (29 ans) et de Jared Hazen (24 ans) quand ils ont tous les deux battu le record de cette Western States® 100-Mile Endurance Run en juin dernier. Sur ce 100 miles mythique et le plus vieux du monde, réputé chaud, Jim a battu son propre record de 2018 de plus de 20 minutes. Il a couru en 14h09’28 ». Il l’avait fait en 14h30’04’ l’année dernière. Quant à son copain Jared Hazen, il a terminé en 14h26’46 », 2ème meilleur chrono de tous les temps donc. Même si les deux gars pèsent moins de 70 kg (Walmsley pèse 69,8 kg pour 1m82) dans le genre amortissant, dynamique et confortable, c’est difficile de faire mieux que cette Speedgoat EVO. Peut-être que pour les poids les plus lourds, un autre modèle de chez Hoka One One sera plus adapté. Mais jusqu’à 80-85 kg, allez-y sans soucis. Cette semelle intermédiaire c’est du très très (très très) bon.

Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo

La semelle externe

La semelle externe est en Vibram® Megagrip (on en a parlé récemment…), et ses crampons font 5 mm de longueur. C’est largement suffisant pour à peu près toutes les conditions. Une marque comme Inov-8 vous dira le contraire mais leurs chaussures, si on les aime, et dieu sait qu’on les aime, sont plus spécifiques à la météo très UK (« boue, pluie, froid qui plairaient à mon bulldog anglais tant cette garce aime se rouler dans la boue » ajoute Gaël). Les crampons de ce modèle peuvent sembler fins à l’oeil nu, mais leur côté multi-directionnel leur assure une accroche efficace, sûre. À savoir si ces diables de Jim Walmsley et Jared Hazen les porteraient sur une Hardrock humide ou un UTMB déchaîné. On pense que….oui. Sans soucis.

Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo

Conclusion

Un modèle haut de gamme excellent dont le prix nous semble justifié, avec pour la première fois un médio-pied plus large dans le chaussant pour accommoder encore plus de coureurs. Il y a aussi une semelle intermédiaire idéale pour les longues distances et une semelle externe dont l’accroche est  fantastique. Un must-have, ou au moins un must-try.

Les plus : le combo poids – dynamisme – légèreté et le fait qu’elle soit officiellement devenue le pro-model de Jim Walmsley après que la Speedgoat ait été celui du très bon Karl Meltzer.

Les moins : La largeur du chaussant ? Disons que c’est absolument à essayer pour être sûr de votre taille, surtout si vous prévoyez des distances longues où les pieds souffrent et gonflent. 

 

Hoka One One Speedgoat Evo
Hoka One One Speedgoat Evo

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This