Sélectionner une page

Chaud. Très chaud. Très très chaud.

Par la rédaction. Photos © Lacerations

Ces derniers jours, deux de nos testeurs, un garçon, une fille, ont eu le privilège d’essayer un haut et un bas chacun, une parure femme, une parure homme. Le bas, pour les deux, c’est le collant « SLIQ Warm » et le haut, pour les deux aussi, c’est le « SVS top col ras du cou manches longues Performance Blackcomb ». Un nom à rallonge qui n’enlève rien à ses performances. Les deux collants sont somme toute assez simples, ils sont aussi (très) chauds qu’ils sont (très) doux. Les hauts sont autrement plus colorés, leurs coupes plus étudiées.

Le double effet Odlo
Le double effet Odlo

Revenons sur Odlo : vous connaissez, nous connaissons, tu connais, je connais, ils connaissent. Sur ce blog, on vous parle assez souvent de cette marque norvégienne née en 1946 à Oslo car elle nous propose des pièces originales et des collections étonnantes, plusieurs fois l’an. Mais nous en parlons aussi souvent parce que les design sont éclatants, via ses couleurs sobres souvent, vives parfois, mais toujours élégantes, ses coupes près du corps mais souples, sans omettre ses matières douces, respirantes, efficaces. Il faut dire que la marque a énormément changé depuis qu’elle s’est lancée dans le running et l’outdoor. C’était en 1994. Aujourd’hui Odlo, désormais basée en Suisse, ne fait plus de sous-vêtements premières couches que nous aimions cacher sous d’autres vêtements plus saillants, plus mode. Aujourd’hui, Odlo produit des vêtements que nous affichons toujours avec délectation. C’est simple : ils sont le signe d’un savoir-faire, d’un sérieux, d’une efficacité que les vrais coureurs reconnaissent. Et nous tombons chaque fois sous le charme. On ne peut donc – vraiment – pas s’empêcher d’avoir envie de parler de cette marque européenne. C’est comme ça ! Le dernier de nos tests, c’était d’ailleurs il y a un an, en novembre 2017. Il portait sur trois produits : un tee-shirt manches longues, un collant et une veste. L’article est là : leblog.enduranceshop.com/odlo-trois-petites-affaires-qui-changent-la-donne/.

Le double effet Odlo
Le double effet Odlo

Avant de rentrer dans le vif du sujet et de ces quatre produits, précisons encore que la marque excelle depuis toujours dans la fabrication de vêtements chauds pour faire du sport, du ski, du ski, du ski bien sûr, c’est son ADN, mais aussi du running, du running, du running (et depuis peu du vélo : une bonne nouvelle pour les plus triathlètes d’entre-nous). Odlo la Norvégienne (comme Kari Traa que nous connaissons bien aussi) est donc passée maître dans l’art de produire de petites choses utiles qui prennent une importance quasi-vitale pour les adeptes de l’outdoor que nous sommes tous, coureurs à pied, pratiquants de la route et du trail. Odlo fait des must-have donc, et ce n’est pas une expression vaine. Voici donc quatre classiques que tout bon runner un tant soit peu aventureux devrait avoir chez lui pour faire face à l’hiver. Vous allez le voir, décidément ces nordiques, qui, plus exposés au froid que nous, ont un vrai savoir-faire quand il s’agit de dessiner des premières couches exceptionnelles.

Le double effet Odlo
Le double effet Odlo
Le double effet Odlo
Le double effet Odlo

Démarrons avec les collants.

Homme, femme, les deux sont donc exactement les mêmes. Ils coûtent chacun 65€. Leur nom, on le répète : Collant SLIQ Warm. Noirs, un peu épais, mais pas trop (on a déjà vu plus épais, trop épais !) visiblement très chaud et avec un tissu brossé à l’extérieur, et gratté à l’intérieur qui est vraiment doux sur la peau. La marque dit que c’est une « matière brossée Power Stretch ». Ça, quand même, on a essayé ! Nous n’avons par contre pas eu le temps de le mettre à rude épreuve, en courant, car la météo chez nous, chez vous aussi sans doute, ne s’y prête pas encore. Mais à le comparer avec d’autres produits que nous avons eus entre les mains ces dernières années, disons que c’est un basique, solide, bien pensé mais simple, sans fioritures, et surtout très chaud. Il y a juste une poche arrière avec fermeture éclair qui permet de mettre une paire de clé et 2-3 gels, mais aussi un logo réfléchissant sur le haut de la cuisse gauche. Rien d’autre. C’est du minimalisme et c’est tant mieux. Dans la gamme Odlo, il est en       « warm », ce qui veut dire qu’il sera confortable, en courant, entre -10°C et -20°C. Oui oui, entre -10°C et -20°C. Qui, en France, court sous les -20°C ? Pas nous pas nous. Il est donc à réserver aux grands froids de l’hiver, pour sécuriser une SaintéLyon par exemple. Ou alors il faut le garder dans un fond de sac pour se couvrir à un ravitaillement, voire carrément en sous-vêtement pour dormir à son aise sous la tente.

Le double effet Odlo

Conclusion

Voici un collant très chaud pour nos climats, même en hiver, admettons-le. Cela étant, nous aimons bien ce genre de pièce à la rédaction car elle est idéale pour se sentir protégé. C’est important mentalement sur les distances les plus longues et les courses les plus difficiles, et bien entendu pour courir en montagne, quand vraiment il fait froid, ce qui nous est déjà arrivé. Il peut aussi bien sûr faire double emploi et vous assister au ski, sous un pantalon imperméable, sans aucun soucis. Mais pour ce qui est running, disons qu’il est la pièce douillette idéale d’échauffement, ou d’attente, à porter autour d’un stade pour se réchauffer en attendant ses camarades par exemple, à un ravitaillement sur un UTMB à la météo détraquée aussi, quand vous êtes bien fatigué, voire même la nuit quand vous avez besoin de vous poser par terre quelques minutes ou sur un banc pour dormir (ça aussi, c’est arrivé à certains de chez nous !). Ce n’est donc sans doute pas votre collant de tous les jours pour le running cet hiver, non. C’est celui des jours extrêmes, des courses ultimes, des aventures qui comportent…et bien oui, des risques. C’est bien pour ça que nous l’aimons et que nous avions choisi de le tester. En somme, il sort de l’ordinaire. Comme nous. Comme vous peut-être.

Le double effet Odlo
Le double effet Odlo
Le double effet Odlo

Le haut pour femme

Il coûte 80€. Nous comptons pas moins de 4 tissus différents. Certains sont plus stretch que d’autres, certains sont plus épais que d’autres, certains sont plus respirants que d’autres. Conçu en « body mapping », autrement dit un procédé de fabrication qui permet non seulement de concevoir le produit à la forme du corps mais également de le réaliser sans coutures, c’est un vêtement que la marque range dans la catégorie « slim », c’est à dire proche du corps.

Le double effet Odlo
Le double effet Odlo
Le double effet Odlo
Le double effet Odlo

Parmi ses qualités, on a aimé le fait que le tissu soit comme protégé des mauvaises odeurs, c’est le « Odlo effect », un procédé industriel qui permet au vêtement, même après plusieurs lavages de mieux résister à l’imprégnation d’odeurs de sueur qui marquent de manière indélébile quasiment tous nos vêtements de running, au bout d’un certain nombre d’heures d’utilisation. C’est sans conteste, un bon point. Question chaleur, lui aussi fait partie de la gamme « warm ». Il sera donc plus agréable dans tes températures comprises entre -10°C et -20°C en courant mais vous pourrez le porter jusqu’à 10°C si vous ne vous agitez pas trop. Selon nous, au-dessus de 0°C, mettez-le plutôt dans un sac pour vous changer à un ravitaillement par exemple. Car là encore, c’est un produit très (très) hiver. Très chaud donc. Frileux : c’est pour vous !

Le double effet Odlo
Le double effet Odlo

Question technicité, nous l’avons trouvé plutôt respirant dans l’action, mais il est également vrai que nous ne l’avons pas testé dans des conditions très froides. Il ne manquera donc certainement pas d’être encore plus performant question évacuation de l’humidité. Honnêtement, dans ce domaine, nous faisons preuve d’une confiance aveugle à Odlo. Par le passé, la marque ne nous a pas déçus. Et puis question gestion des basses températures, ces nordiques, et ses Suisses, en savent quand même plus que nous (la rédaction de ce blog est en partie basée au bord de la Méditerranée, rappelons-le).

Le double effet Odlo
Le double effet Odlo
Le double effet Odlo

Conclusion

Un design tout en souplesse, technique et fonctionnel avec des détails de couleurs bien trouvés, bien placés, élégants. C’est pour nous un sans faute, à partir du moment où les conditions de pratique sont froides, très froides. À voir ce que nous réserve cet hiver qui arrive mais si vous voulez prévenir plus que guérir, intéressez-vous de près à ce top. Chez les messieurs, c’est exactement la même chose (lui aussi coûte 80€), avec un design qui suit cette fois les coupes masculines du corps. C’est une fois de plus sobre et, une fois de plus, ça fait le job. On est sous le charme. Portez du Odlo, c’est donc encore et toujours savoir de quoi on parle, être un coureur sérieux qui prend soin de lui avec ce qui se fait de mieux.

Le double effet Odlo
Le double effet Odlo

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This