Sélectionner une page

Marathon de Chicago : le vrai record du monde c’est celui-là !

15 octobre 2019 | News

Par la rédaction. Photos © Bank of America Chicago Marathon

Ce week-end a été riche en « marathons » et en chronos de folie. Toutefois, si la barrière des deux heures a bel et bien été battue sur la distance (notre analyse pré-event était là : https://leblog.enduranceshop.com/1h59-sur-marathon-est-ce-vraiment-possible-lui-pense-que-oui/) la performance la plus intéressante reste sans conteste celle qui touche la vraie compétition, lors d’un vrai marathon et non pas une réplique marketing avec lièvres à gogo surpayés et rayons lasers ultra-précis. On ne critique pas. On constate. Nuance. Car, oui, le recordman du monde et champion olympique Eliud Kipchoge a bien réalisé 1h59’40 » lors de l’Ineos159 Challenge de ce weekend de feu, un « time trial » absolument pas officiel mais au contraire totalement privé et orchestré dans le seul but de savoir si l’homme était capable oui ou non de descendre sous les deux heures pour 42,195 km. Bon. Ça, c’est fait. Très bien. Mais la vraie révélation de ce weekend c’est ce qui s’est passé 30 heures plus tard quand la compatriote de Kipchoge, Brigid Kosgei a réussi à passer la ligne d’arrivée du Bank of America Chicago Marathon dans un chrono de 2h14’04 », enlevant ainsi 81 secondes au record de Paula Radcliffe de 2h15’25 » datant de….2003 ! Retour sur un dimanche pas comme les autres…à Chicago.

Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !

Pendant des années, les critiques et les commentateurs de tout bord ont pu penser que les deux barrières les plus mythiques du marathon avaient la peau bien dure. 2h pile pour les messieurs, 2h15’25 » pour les dames. Mais ces derniers temps, les meilleurs marathoniens du monde avaient clairement démontré des qualités encore jamais vues, hissant le niveau général et les vitesses vers de nouveaux standards. Ainsi, l’anglaise Paula Radcliffe, dont le record du monde datait de 2003 (elle l’avait réalisé à Londres) a déclaré ce weekend à Chicago : « J’ai toujours su que ce record serait un jour perdu ». C’est ainsi que la kenyane Brigid Kosgei a battu ce record ce dimanche matin, remportant le marathon de Chicago, une course IAAF Gold Label et un des Abbott World Marathon Majors en 2h14’04 ».

Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !
Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !

Avant d’attaquer le plat de résistance, parlons des messieurs

C’est d’abord Lawrence Cherono, le vainqueur du dernier marathon de Boston qui s’impose dans un mouchoir de poche en 2h05’45 » et laisse sur place un de nos chouchous, l’anglais Sir Mo Farah qui termine lui en 2h09’58 ». Au départ, il y avait un groupe de neuf, dont Lawrence Cherono bien sûr mais aussi des coureurs comme Mo Farah et l’Américain Galen Rupp. Très vite, le groupe se scinde. Rupp, Farah et le Belge Abdi Bashir sont distancés. Au 15ème km, ils ne sont plus que six et passent en 44’10 » : il y a les kenyans Cherono, Dickson Chumba et Bedan Karoki, mais aussi le trio éthiopien Dejene Debela, Asefe Mengstu et Seifu Tura. Les six coureurs sont ensemble encore pendant 15 km. Ils passent le semi-marathon en 1h28’58 » et leur allure permet une prédiction de chrono marathon en 2h05′. À ce moment, plus loin derrière, Abdi Bashir a laissé  Mo Farah, qui souffre. Il est alors 7ème. Une fois les pacers (les lièvres) lâchés, c’est Bedan Karoki qui tente d’imposer son rythme. Dickson Chumba ne peut pas suivre. Il est décroché. Vient le tour de  Seifu Tura. Il ne reste alors plus que Dejene Debela, Asefe Mengstu, Bedan Karoki et bien sûr le vaillant Lawrence Cherono. Le groupe passe le km 40 en 1h59’08 ».

Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !
Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !

Derrière, Abdi Bashir réussit à revenir fort et re-gagne 37 secondes sur le groupe de tête dans les dernier 5 km. Avec seulement deux kilomètres à parcourir, le coureur belge ne peut malheureusement pas vraiment revenir au contact. Son effort est magnifique mais c’est trop difficile. Même chose pour Bedan Karoki qui s’écroule avant le dernier virage. C’est donc un sprint entre Cherono, Debela et Mengstu et c’est finalement Lawrence Cherono qui le remporte. Il gagne en 2h05’45 », une seconde avant Dejene Debela et trois secondes devant Asefe Mengstu qui passe la ligne en 2h05’48 ». Karoki est 4ème en 2h05’53 » juste devant Abdi Bashir qui finit 5ème et offre à la Belgique la meilleure performance en 2h06’14 ». Plus loin, il y a Tura en 6ème position (2h08’35 ») Chumba en sept (2h09’11 ») et Farah en huit et en 2h09’58 ».

Le classement homme

1 Lawrence Cherono (Kenya) 2:05:45
2 Dejene Debela (Éthiopie) 2:05:46
3 Asefa Mengstu (Éthiopie) 2:05:48
4 Bedan Karoki (Kenya) 2:05:53
5 Bashir Abdi (Belgique) 2:06:14
6 Seifu Tura (Éthiopie) 2:08:35
7 Dickson Chumba (Kenya) 2:09:11
8 Mo Farah (Royaume-Unis) 2:09:58
9 Jacob Riley (USA) 2:10:36
10 Jerrell Mock (USA) 2:10:37

Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !
Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !
Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !

Chez ces dames, la surprise vient donc de la belle Brigid Kosgei.

Tout d’abord, voici le classement féminin :

1 Brigid Kosgei (Kenya) 2:14:04
2 Ababel Yeshaneh (Éthiopie) 2:20:51
3 Gelete Burka (Éthiopie) 2:20:55
4 Emma Bates (USA) 2:25:27
5 Fionnuala McCormack (Irlande) 2:26:47
6 Stephanie Bruce (USA) 2:27:47
7 Lindsay Flanagan (USA) 2:28:08
8 Laura Thweatt (USA) 2:29:06
9 Lisa Weightman (Australie) 2:29:45
10 Taylor Ward (USA) 2:30:14

Rappelons-le, Brigid Kosgei n’était pas une débutante sur ce parcours puisqu’elle a remporté la course l’an passé en 2h18’35 ». Son meilleur temps était de 2h18’20 ». Elle l’avait réalisé à Londres plus tôt cette année. Ici, à Chicago, elle est partie très fort, terminant le premier 5 km en 15’28’. L’Éthiopienne Ababel Yeshaneh, aspirée par la vitesse de sa concurrente passe elle aussi en un temps record de 15’36 » et sa compatriote Gelete Burka les suit, à 27 secondes derrière. Leur rythme ralentit un peu mais Brigid Kosgei, 25 ans, continue de maintenir un rythme rapide, avec chaque nouveau segment de 5 km passé en 16 min. Elle passe le km 10 en 31’28 », le rythme d’un marathon en 2h12’26 ». Au km 15, elle passe en 47’26 » et tient près d’une minute d’avance sur sa plus proche poursuivante, Ababel Yeshaneh qui est sur un rythme de 2h16. Au semi-marathon, l’allure de  Brigid Kosgei qui passe en 1h06’59 » semble indiquer un marathon en 2h14′. Moins de 5 km plus loin, elle réussit la performance d’augmenter encore son allure et atteint le km 25 en 1h19’33 ». Elle continue de courir derrière deux lièvres masculins et gagne encore une minute d’avance ! Elle réalise 15’45 » entre les km 25 et 30 ! Elle parcourt les 5 km suivant en 15’56 » et au km 35, elle passe en 1h51’14 », visiblement fringante, toujours dans une allure sous le record du monde de Paula Radcliffe (2h15’25 ») réalisé il y a 16 ans.

Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !
Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !

À presque 4 minutes et demi derrière, il y a Ababel Yeshaneh qui elle possède 33 secondes d’avance sur sa compatriote Gelete Burka. Toutes les deux avancent alors à des vitesses de record personnel. Près de 3 km avant l’arrivée, les lièvres s’effacent et laissent Brigid Kosgei courir toute seule. À 20 secondes de l’arrivée, elle ne peut retenir son sourire. Elle est alors en train de réaliser ce qu’elle est en train de faire. Et puis vient la ligne d’arrivée, qu’elle passe finalement en 2h14’04 », 81 secondes avant le record du monde, celui qui avait tenu le plus longtemps, hommes et femmes confondus, depuis la fin de la seconde guerre mondiale. À l’arrivée, elle déclare : « Je suis très contente et je me sens vraiment bien. J’étais ici l’année passée donc je connaissais bien le parcours. Il y avait du vent aujourd’hui mais ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Et puis les gens m’encourageaient de partout, ce qui m’a donné encore plus de force ». Quant à Paula Radcliffe, elle a ajouté : « Quand j’ai vu à quelle vitesse elle était capable de courir la première partie de la course je me suis dis qu’il y avait de bonnes chances pour qu’elle batte le record du monde. J’ai toujours dit que le 17 était un chiffre magique pour moi et ça fait exactement 17 ans que j’ai établi mon tout premier record, ici, à Chicago ». C’était en effet en 2002, au marathon de Chicago où elle bat le record du monde et produit un chrono de 2h17’18 ».

Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !
Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !

Qui est vraiment Brigid Kosgei ?

La kenyane est née le 20 février 1994. Elle n’a donc que 25 ans. Son coach ? Erick Kimaiyo. Contrairement à beaucoup d’athlètes kenyans de haut niveau qui ont commencé leurs carrière en U18 et en U20, Brigit Kosgei a suivi un parcours différent. Née dans un village Kenyan qui répond au nom de Sinon, près de la ville de Kapsowar, elle a sept frères et sœurs. En 2012, elle est contrainte d’arrêter l’école car ses parents n’ont pas assez d’argent. Pour passer le temps, elle passe alors plus de temps à s’entraîner avec son petit ami Mathew. Deux ans plus tard, elle donne naissance à des jumeaux, Faith et Brian. Avec l’aide de son fiancée, devenu aujourd’hui son mari, elle reprend peu à peu le chemin de l’entraînement et se prépare à courir en courses sur route. En 2015, face à son talent, son compatriote Erick Kimaiyo, dont le record personnel sur marathon est à 2h07’43 » et qui a terminé second du marathon de Berlin en 1997, l’invite à rejoindre le camp d’entraînement Kapsait Athletics Training Camp à Elgeyo Marakwet. Brigit Kosgei rejoint le camp et y passe ses semaines, du lundi au samedi, tandis que son mari reste à la maison à s’occuper des deux petits. Mais là où elle est la plus surprenante c’est qu’au lieu de se tester sur un 10 km ou un semi-marathon, elle se lance illico sur marathon avec une épreuve internationale : le marathon de Porto, au Portugal, en 2015. Elle s’impose en 2h47’59 ». Si le chrono est loin d’être de classe mondiale, Brigit Kosgei, 21 ans, marque déjà les esprits. Elle gagne non seulement une première épreuve relativement importante mais gagne aussi une expérience importante et goûte enfin au succès en dehors du Kenya. La saison de courses sur route suivante, en avril, Brigit Kosgei gagne un autre marathon, celui de Milan en Italie, avec un record personnel et un très bon temps de 2h27’45 ». Plus tard dans la saison, elle court Lisbonne et termine seconde mais améliore encore son temps : 2h24’45 ». Elle termine l’année 2016 avec une victoire à Honolulu, Hawaii, une course que son coach avait gagnée quelques vingt années auparavant. En 2017, elle termine les très disputés marathons de Boston à la 8ème place et de Chicago en 2h20’22 », un nouveau meilleur chrono personnel. Elle termine l’année 2017 avec une nouvelle victoire à Honolulu et un nouveau record de l’épreuve réputée difficile à cause de la chaleur et de l’humidité en 2h22’15 ». En 2018, elle continue de progresser et termine seconde du marathon de Londres en 2h20’13 ». La voilà définitivement dans la cours des grands. Elle s’impose ensuite à Chicago où elle enlève encore presque deux minutes de son meilleur temps en 2h18’35 ». Cette année, elle est invaincue. Elle s’est par ailleurs imposée sur le semi-marathon de Houston, au Texas dans un chrono record de 1h05’50 », celui de Zallaq en 1h05’28 » au Bahreïn (record personnel) et le marathon de Londres en 2h18’20 », un autre record personnel. À cause de la nature descendante de la course son record d’1h04’28 » au semi de Great North Run le mois dernier n’a pas été ratifié. Dommage. C’était le semi-marathon le plus rapide jamais enregistré chez les femmes. Et ce dimanche, vous l’avez compris, elle réussit à défendre son titre à Chicago et bat le record du monde. N’est-elle pas franchement une jeune fille incroyable ?

Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !
Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !

Les différentes barrières du marathon au fil de l’histoire de la course à pied moderne

Les premiers chronos établis de record du monde

Hommes – 2h55’18 » Johnny Hayes (USA) à Londres en 1908
Femmes – 3h40’22 » Violet Piercy (Grande-Bretagne) à Londres en 1926

Les premier sub-2h30

Hommes – 2h29’01 Albert Michelsen (USA) à Port Chester en 1925
Femmes – 2h27’32 » Grete Waitz (Norvège) à New York City en 1979

Les premier sub-2:20

Hommes – 2h18’40 » Jim Peters (Les premier ) à Chiswick en 1953
Femmes – 2:19:46 Naoko Takahashi (Japon) à Berlin en 2001

Les premier sub-2:10

2h09’36 » Derek Clayton (Australie) à Fukuoka en 1967

First sub-2:05

2h04’55 » Paul Tergat (Kenya) à Berlin en 2003

Les records du monde actuels

Hommes – 2h01’39 » Eliud Kipchoge (Kenya) à Berlin en 2018
Femmes – 2h14’04 » Brigid Kosgei (Kenya) à Chicago en 2019 (en attente de ratification IAAF)

Les 42.195 km les plus rapides

1h59’40 » Eliud Kipchoge (Kenya) Vienne en 2019 (mais ce chrono ne sera jamais ratifié par l’IAAF)

Marathon de Chicago : le vrai record du monde c'est celui-là !

Pour les geek, la série des Abbott World Marathon Majors sont : Tokyo Marathon, Boston Marathon, Virgin Money London Marathon, BMW Berlin marathon, Bank of America Chicago Marathon et TCS New York City Marathon. À la fin de l’année, le sort du marathon de Singapour va se jouer (la course a lieu le 30 novembre prochain) et nous saurons très vite s’il sera le 7ème WMM, ou pas. Nous en parlions déjà ici :

https://leblog.enduranceshop.com/et-si-le-scsm-devenait-le-7eme-abbott-world-marathon-majors-part-i/

https://leblog.enduranceshop.com/bonne-annee-voici-le-7eme-abbott-world-marathon-majors/

https://leblog.enduranceshop.com/nouveau-parcours-pour-le-prochain-abbott-world-marathon-majors/

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This