Sélectionner une page

Mieux que la Nike Zoom Streak 6 ? Oui. Mieux que la Zoom Vaporfly 4% ? Pas sûr…­

Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.

29 avril 2019 | News

Par la rédaction, avec Gaël Couturier. Photos © Nike

Profitant d’un déplacement aux USA, l’un de nos journalistes a interrogé quelques journalistes américains spécialisés dans l’endurance et le running. Il a ainsi pu faire la part des choses entre les communiqués marketing de Nike et la réalité du terrain de quelques critiques spécialistes d’outre-Atlantique. Tout est là.

Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.
Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.

C’est la première fois que la Zoom Vaporfly 4% subit un tel relookage. Ce n’est pas un secret ! Cela confirme donc, comme l’avance Nike, que la chaussure n’a pas seulement changé de nom. Ouf. Fin 2017 on vous parlait déjà dans ces colonnes de la science à l’oeuvre derrière ce modèle révolutionnaire (si si révolutionnaire). Nous avions pour cela enquêté auprès de l’université du Colorado, où les résultats de la chaussure avaient été passés au grill et largement mis en valeur : http://leblog.enduranceshop.com/nike-zoom-vaporfly-pourquoi-ces-4/. Depuis, le Kenyan Eliud Kipchoge a remporté deux courses importantes, Londres et Berlin 2018, toujours chaussé de ces petites merveilles Zoom Vaporfly 4%. Mais hier, au marathon de Londres, Eliud, désormais chaussé du nouveau modèle Zoom Vaporfly 4%, a encore frappé un grand coup : 2h02’37 » ! C’est son second chrono le plus rapide sur marathon (son record – du monde –  est à 2h01’39 ») mais c’est aussi le record de la course. Bon, mais alors, que valent vraiment ces nouvelles ZoomX Vaporfly NEXT% ???

D’abord, il semblerait que Nike ait focalisé ses efforts sur la tige.

En effet, grâce au feedback de ses nombreux athlètes sous contrat, au sein du Nike Oregon Project ou non d’ailleurs, et notamment de l’américaine Shalane Flanagan (elle avait brillamment remporté le marathon de NYC en 2017, à l’âge de 36 ans), Nike aurait d’abord porté son attention à la partie supérieure de la chaussure.

À Boston, l’an passé, sous un déluge de pluie, de froid et de vent, c’est avec une tige gorgée d’eau que Shalane Flanagan avait dû finir la course. Pas drôle. « L’évolution de cette chaussure tient vraiment aux collaborations que nous nous attachons à réaliser sans cesse entre nos athlètes élites, nos chercheurs et nos designers » a ainsi déclaré publiquement ici aux USA Brett Holts, le vice-président américain du « running footwear » de chez Nike, autrement dit : des chaussures de course à pied. Il a ajouté : « Ça passe par le design, les tests et la fabrication de ces chaussures ». Nike aurait ensuite pas mal retravaillé la qualité de sa semelle intermédiaire et aurait aussi redoublé d’attention à l’accroche de sa semelle externe, suite à des remarques négatives d’Eliud Kipchoge après le marathon de Berlin 2018, lui aussi très humide.

Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.
Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.
Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.

Pourquoi ce nom : NEXT% ?

Quand Nike a lancé la Nike Zoom Vaporfly 4%, c’était parce qu’elle était sensée aider à réaliser 4% d’économie. Dans une étude financée par Nike (nous en avons parlé ici expliquant en quoi elle consistait :http://leblog.enduranceshop.com/nike-zoom-vaporfly-pourquoi-ces-4/) les chercheurs ont trouvé des résultats de gains énergétiques situés entre 2 et 6% selon les cobayes par rapport à une autre chaussure, la Nike Zoom Streak 6 (autrement dit une moyenne de 4%). Ce qui veut dire que chaussés du prototype de la Nike Zoom Vaporfly 4%, les coureurs testés économisaient tous entre 2 et 6% d’énergie (contre la Nike Zoom Streak 6).

Quant à cette nouvelle ZoomX Vaporfly NEXT%, elle serait sensée incarner la nouvelle génération de chaussure de marathon de Nike, celle qui va donner corps à la phrase de Mo Farah : « As an athlete, you’re always looking for that next percent ». Ce qui veut dire : quand vous êtes un athlète, vous recherchez toujours ce % de gain supplémentaire.

Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.
Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.
Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.
Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.

Ce qui change

– Sur la tige, le nouveau matériel utilisé s’appelle Vaporweave. C’est un composé de polymère thermoplastique et de nylon. Il serait plus léger que le Flyknit et le Flymesh (les deux se trouvaient sur les modèles Vaporfly 4%) toujours aussi respirant mais retiendrait bien moins d’eau de pluie et de sueur durant un marathon. La tige resterait donc sèche, plus légère.

– Quant aux lacets, ils sont un peu décalés sur le bord extérieur, ceci dans le but de ne pas comprimer le pied et les vaisseaux sanguins sur le dessus. Visiblement, d’après Nike, Mo Farah en serait très satisfait.

– Le collier de cheville aurait également été renforcé : il serait désormais plus épais, plus moelleux.

– Dans la semelle intermédiaire maintenant, un petit coussin de mousse a été inséré au talon pour éviter de trop solliciter les tendons d’Achille.

– De même, Nike a rajouté un peu plus de mousse Zoom sous l’avant-pied (15% de plus précisément), désormais appelé ZoomX, pour, nous dit la marque, augmenter le retour d’énergie (les critiques américaines qui ont testé la chaussure semblent confirmer ce fait). Rappelons que cette mousse est un thermoplastique nommé « Pebax », voulu plus résilient que les autres mousses du marché. Cette mousse sous l’avant-pied est répartie de manière à apporter plus de stabilité aux grandes pointures.

– Par conséquent, car c’est logique, le drop n’a pas été augmenté (le drop c’est la différence de hauteur entre le talon et l’avant-pied, ou les métatarses). Au contraire ! Il a même été revu à la baisse et passe de 11mm à 8 mm. D’après Nike, c’est plus de sensation de stabilité et aussi plus de retour d’énergie. La chaussure serait donc plus ferme. Intéressant car la chaussure est désormais plus plate et ne pousse donc plus autant qu’avant les coureurs vers l’avant. Ce qui sera sans doute plus agréable pour courir à vitesse plus lente, en n’étant pas trop penché vers l’avant.

– Enfin, sur la semelle externe, les designers ont semble-t-il réussi à mettre au diapason leurs stars Geoffrey Kirui, Eliud Kipchoge et Mo Farah pour dessiner une nouvelle semelle externe plus accrocheuse sous la pluie sur sol mouillé. De même, les encoches de cette semelle externe sont désormais plus prononcés, ce qui devrait aller dans le sens de plus de souplesse lors des virages.

Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.
Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.

Ce qui ne change pas

– La plaque en fibre de carbone qui est à l’intérieur de la semelle et sur toute sa longueur est toujours là. Elle rigidifie l’ensemble tout en lui apportant un « feeling » de propulsion, d’après Nike.

– Le poids de la chaussure ne change pas, malgré l’ajout de cette mousse ZoomX. La chaussure pèse : 187g.

– Ce qui semble ne pas vraiment changer non plus, si l’on en croit les critiques des médias américains spécialisés qui ont eu le privilège d’avoir la chaussure entre les mains ce sont ces 4%. Et non. La chaussure ne s’est en effet pas appelé 5% car le gain d’1% n’aurait pas été démontré scientifiquement. Brett Holts, le vice-président américain du « running footwear », aurait encore déclaré : « la plupart des testeurs sollicités cette fois ont démontré des gains supérieurs à 4%, certains sont même montés à plus de 5%, mais d’autres sont aussi allés bien en dessous ». « La chaussure est plus rapide mais peut-être pas assez pour que nous puissions annoncer 5% » a-t-il fini par avouer.

Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.
Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.
Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.

Ces athlètes sous contrat avec Nike auraient déclaré

« Avec cette plaque de carbone, ça vous pousse à attaquer par l’avant, à aller aussi vite que vous pouvez », Mo Farah.

« Elles me vont beaucoup mieux, surtout au niveau des lacets », Suguru Osako, coureur élite japonais, recordman du Japon (2h05’50 » réalisé à Chicago en 2018 où il termine 3ème).

« L’ajout de la mousse dans l’avant-pied me donne l’impression d’un meilleur retour d’énergie dans les derniers instants de ma foulée. Je viens d’ailleurs de réaliser avec mon entraînement le plus rapide jamais réalisé ! », Roza Dereje, coureuse Éthiopienne.

« Une meilleure accroche c’est très important pour vous donner la confiance et la liberté de vous élancer sans vous fixer de limites », Geoffrey Kirui.

Nike ZoomX Vaporfly NEXT%. Enquête Américaine.

Conclusion

Plus de mousse, plus d’amorti, plus de confort : c’est mieux pour aborder les longues distances. C’est vrai. Et c’est donc une très bonne nouvelle pour les marathoniens qui ont envie d’essayer cette nouvelle mousse ZoomX. D’après nos contacts américains, si l’ancienne mousse de la Zoom Vaporfly 4% était davantage destinée à des vitesses rapides – elle était beaucoup moins confortable à vitesse plus réduite – la nouvelle ZoomX Vaporfly NEXT% est plus agréable à n’importe quelle vitesse et donc plus accessible pour le grand public. La nouvelle ZoomX Vaporfly NEXT% serait donc capable de donner du plaisir au plus grand nombre, peu importe le niveau. D’autant que sa tige est vraiment plus confortable.

Son prix : 275$ (contre 250$ pour l’ancien modèle). À l’heure où nous écrivons ces lignes, nous n’avons en effet pas encore d’infos sur sa sortie française et son prix en €. Cela se fera sans doute à l’été. Quelques paires sont toutefois disponibles à Londres depuis le 25 avril et depuis hier, dimanche 28 avril, sur l’application Nike Running Club, mais pour les membres NikePlus américains seulement. #tristesse.

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This