Sélectionner une page

Retour en image sur ce qui fait la qualité étonnante de la nouvelle Cloudflow de On.

Par la rédaction, avec Gaël Couturier et Anthony La Salandra. Photos © Lacerations.

232g (H), 190g (F). Hauteur talon de 29,2 mm (H) et 30,2 mm (F), hauteur avant-pied / métatarses de 19,7 mm (H) et 18 mm (F), drop de 9.5 mm (H) et 12,2 (F). 149,95€

On vous a présenté la chaussure très récemment. C’était une première analyse suite à un test terrain des plus agréables, avec une première (rare) vidéo d’introduction. Pour ceux qui n’avaient pas suivi et voudraient en savoir plus sur les origines de la marque, le pourquoi, le comment, le où, et bien c’est là :  http://leblog.enduranceshop.com/horlogerie-suisse/. Nous avions hâte de chausser pour la première fois un modèle de cette marque dont tout le monde parle – surtout les amateurs éclairés et les athlètes professionnels – mais que nous ne connaissions pas. Le résultat ? Nous avons été particulièrement surpris par cette chaussure. Nous l’avions vue maintes fois aux pieds de très grands triathlètes, De Javier Gomez à Frederik Van Lierde, en passant par le miraculé Tim Don et le surprenant Bart Aernouts, second à Hawaii cette année, sans oublier notre ami ultra trailer des #tutosfriday Germain Grangier et sa charmante fiancée, l’Américaine Katie Schide. Nous en attendions beaucoup. Pas de Germain. Non. De la Cloudflow allons. Nous n’avons pas été déçu (pas déçu de Germain non plus remarquez). Notre premier papier survolait un peu l’affaire, c’est vrai, histoire d’introduire notre expérience et commencer à vous donner envie. Voici la suite. Vous allez le voir, ça valait le coup d’attendre. Nos deux comparses s’en sont donné à cœur joie. Et ils ont fait très fort.

La tige

Commençons donc par le commencement, et comme toujours dans nos tests chaussures : la tige. On avait un peu peur qu’elle soit rigide et…pas très respirante. On s’est trompé. Aucun frottement, aucune gêne, une excellente respirabilité – même si nous n’avons pas testé la chaussure en pleine chaleur écrasante, il faut le dire. Cette tige est d’ailleurs vraiment très étonnante car quand on regarde la chaussure avec un peu de hauteur, ses nombreuses aérations n’apparaissent pas clairement. Disons qu’elles se fondent, non pas dans le paysage, mais dans la tige.

On Cloudflow
On Cloudflow
On Cloudflow

C’est assez fort, car c’est assez rare que les aérations soient autant…camouflées. Ça donne un air plus solide à la chaussure, une unité bienvenue, un design épuré. Et au final, et bien, on ne pensait pas qu’elle respirait autant. C’est un point positif donc. Enfin deux. Parce qu’elle est souple aussi cette tige. On vous le raconte là :

La semelle intermédiaire

Gros gros morceau que cette semelle puisque c’est la vraie nouveauté et ce qui fait tourner les têtes. Ces « nuages », ces « clouds » comme les nomme la marque font un boulot incroyable : ils amortissent, ils stabilisent, ils rassurent, ils ne s’usent pas, malgré leur légèreté (elle est relative car, vous allez le voir dans la vidéo, notre ami et testeur Anthony avait imaginé une chaussure au demeurant plus légère).

On Cloudflow
On Cloudflow
On Cloudflow

C’est tout le propos de la vidéo : comment cette chaussure qui n’est pas aussi légère qu’une chaussure pour 10 km pure et dure parvient-elle à faire aller les meilleurs triathlètes à des vitesses vertigineuses en course à pied, sur leurs semi-marathons et leurs marathons ? Peut-être justement parce qu’elle est un équilibre de fou entre amorti, dynamisme et résilience ? Voyons-ça :

La semelle externe

On vous redit, on vous répète ce qu’on a souligné la dernière fois : ce n’est pas une chaussure à emmener sur sentier. On running vient justement de sortir un modèle trail running, on vous en parle là alors allez-y si vous aimez courir sur les sentiers : https://leblog.enduranceshop.com/on-sattaque-au-trail/

Conclusion

Éternel insatisfait et perpétuel perfectionniste, notre testeur & joli cœur italien n’a pas dit son dernier mot. Anthony aurait aimé une chaussure plus rapide, plus légère…en vérité, plus comme il l’avait imaginée quand il regarde ses idoles triathlètes, à la télé l’ultra-rapide Javier Gomez en tête. Mais la Cloudflow n’en demeure pas moins un modèle étonnant, sûr, protecteur et finalement pas moins rapide qu’il le pensait – même s’il veut encore le démontrer (quel nouveau masque choisira-t-il dans sa prochaine vidéo ? Suspens suspens…). C’est, comme il le dit tout à la fin du film suivant, une chaussure que tout coureur à pied qui aime se dépasser et n’a pas peur de la nouveauté devrait se donner la peine de tester. Car ces sensations sont nouvelles. Vous le saurez.

On Cloudflow
On Cloudflow
On Cloudflow

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This