Sélectionner une page

La chercheuse Véronique Billat est une perle rare. Elle nous parle en exclusivité.

Propos recueillis par Gaël Couturier. Photos © Billatraining.

Qui ne connaît pas Véronique Billat ? Professeure de classe exceptionnelle en physiologie au sein de l’université et du Génopole d’Évry, elle est la fondatrice et directrice du laboratoire de biologie intégrative des adaptations à l’exercice. Née en 1961, cette française se consacre depuis toujours à l’amélioration des performances en course à pied. Elle même ancienne athlète, elle a par exemple remporté la course à pied mythique Sierre-Zinal en 1982 (Kilian Jornet en est le tenant du titre), elle est par ailleurs détentrice d’un brevet d’état  3ème degré d’athlétisme, c’est aujourd’hui une universitaire reconnue dans le monde entier, une tête chercheuse passionnée qui sort de l’ombre ces derniers temps pour nous livrer, à tous, des clés pour progresser.

Véronique Billat
Véronique Billat
Véronique Billat

C’est le système BillaTraining, un programme à 100% personnalisé, en ligne, et qui, pour 50€/mois, garantirait à chacun de nous 15% de progression en 3 mois, principalement en apprenant à se reconnecter à ses propres sensations. Mais Véronique Billat c’est aussi une femme qui ne mâche pas ses mots, donne son avis sans encombre, ose dire tout haut ce que certains pensent tout bas. Bien incapable de juger du niveau et de la qualité de ses recherches, cela va sans dire, nous apprécions sa manière de ne pas perdre de temps, de vous dire les choses en face, de ne pas craindre la polémique. Bref, cette femme-là est une vraie bombe. Voyez par vous-même.

Le Blog Endurance Shop : Véronique Billat, ravis de vous avoir avec nous. Dites-nous donc pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour lancer BillaTraining ? Qu’est-ce qui a changé pour vous entre aujourd’hui et il y a 10 ans par exemple ?
Véronique Billat : Nous avons découvert un entrainement minimaliste basé sur le contrôle des allures par la sensation, et sur le gain de réserve puissance : être puissant pour être endurant.

Le Blog Endurance Shop : À qui s’adresse ce système : à tous (vraiment tous ?) ou bien à des gens qui font déjà de la compétition en course à pied ?
Véronique Billat : À tous car il est fondé sur la validation des sensations en lien avec des états physiologiques précis. Le coureur doit se reconnecter à lui même et les cardio GPS sont seulement utiles pour un bio feedback, une validation des sensations.

Le Blog Endurance Shop : Et non le contraire donc. D’accord. C’est une idée séduisante en effet. Vous le savez, parfois, ce qui bloque un peu les gens à pousser la porte d’un club d’athlétisme ou d’un centre d’entraînement c’est de se dire que, finalement, courir est naturel et ils peuvent progresser tout seul, en s’entraînant simplement plus, ce qui n’est pas faux. Cette liberté, cette accessibilité de la course à pied c’est ce qui fait son succès aujourd’hui. Que dites-vous à ces coureurs et coureuses qui auraient peur de vous contacter car peur de se retrouver dans un monde d’équations mathématiques, de données scientifiques compliquées, même si bien sûr elles ne sont pas compliquées pour vous.
Véronique Billat : Les mathématiques sont seulement un outil de validation du bien fondé du courir à la sensation, à condition de valider cette qualité au départ de l’entraînement. Ce que je veux dire c’est que beaucoup de coureurs ont perdu cette connexion à eux même.

Le Blog Endurance Shop : Parlons maintenant de la récente performance du Kenyan Eliud Kipchoge. D’abord, expliquez-nous en termes simples, pourquoi selon vous les éthiopiens et les kenyans sont les maîtres du marathon et pourquoi ce ne sont jamais (1) des blancs (bon, il y avait bien Benoît Z en France…) et (2) des occidentaux qui s’imposent sur les plus grands rendez-vous car les Mo Farah ou les Meb keflezighi sont bel et bien des exceptions. Ils sont occidentaux, Anglais et Américains, même si leurs origines sont africaines. Il y aurait donc potentiellement 1) une question génétique et 2) une question d’entraînement (physique comme mental). Quel est votre avis ?
Véronique Billat : Ces africains sont maître du monde pour 1) des raisons économiques : c’est un débouché professionnel 2) un mode de détection cross à l’école 3) des masses musculaires réparties en proximales sur les cuisses et des mollets fins induisant un faible coût énergétique et surtout 4) une grande connexion à leurs sensations.

Véronique Billat
Véronique Billat

Le Blog Endurance Shop : Que pouvez-nous dire sur Eliud Kipchoge : qu’est-ce qui le rend si fort sur les grands rendez-vous ? Qu’a-t-il de plus que les autres ?
Véronique Billat : Eliud Kipchoge a une grande réserve de puissance : 3’33 » au 1500m et une vitesse critique à 22,5 km/h. Les autres non.

Le Blog Endurance Shop : Vous vous attendez sûrement à cette question : quand va-t-on enfin passer sous les 2h ? Pourquoi n’y arrive-t-on pas encore ? Qu’est-ce qui leur manque à ces champions, Eliud Kipchoge ou d’autres ?
Véronique Billat : Kipchoge les a déjà dans les jambes. Mais c’est comme Sergueï Bubka avec ses 6 m à la perche : il attend d’être bien payé pour les produire.

Le Blog Endurance Shop : Vous pensez que Eliud Kipchoge peut encore progresser ? Il n’est plus tout jeune….
Véronique Billat : Oui, bien sûr. Les progrès sont possibles jusqu’à 42 ans, au moins.

Le Blog Endurance Shop : Quand on dit que les marathoniens élites ont « tant de marathons en eux », qu’il y aurait comme un nombre à ne pas dépasser, vous en pensez quoi ? C’est vrai ? Pourquoi ?
Véronique Billat : Non. C’est idiot. Les deux conditions à avoir pour ces marathoniens est qu’ils soient rapides et puissants.

Le Blog Endurance Shop : Pourquoi, plus les distances s’allongent, je vous parle d’ultra running, plus les chronos des femmes se rapprochent des hommes ? Comment vous l’expliquez ? On a même vu des femmes s’imposer au scratch sur certaines épreuves au long court, type Badwater (135 miles / 217 km) avec Pamela Reed en 2002 et 2003 ou même CCC à Chamonix avec Corinne Favre en 2006, devant un certain François D’Haene qui termine 4ème et alors encore en catégorie espoir.
Véronique Billat : le trail running, l’ultra running, c’est d’abord de la volonté et du 7 km/h avec résistance au sommeil et à l’hyperthermie. Il se trouve que les femmes sont meilleures que les hommes sur ce plan là.

 

Véronique Billat
Véronique Billat

Le Blog Endurance Shop : Quels sont les gros sujets de recherche en course à pied à travers le monde qui vous semblent les plus intéressants en ce moment ? Aviez-vous par exemple suivi l’étude réalisée par l’université de Boulder, dans le Colorado sur la Nike Zoom Vaporfly (voir notre sujet ici : http://leblog.enduranceshop.com/nike-zoom-vaporfly-pourquoi-ces-4/) ?
Véronique Billat : Je pense au gain d’endurance par la puissance, et la régulation des allures par le cerveau connecté.

Le Blog Endurance Shop : Je m’étonne toujours qu’une grande spécialiste comme vous ne soit pas chassée par de prestigieuses universités américaines ou même une marque comme Nike, qui a les moyens de vous payer cher, pour travailler sur de nouveaux projets exceptionnels. Vous avez un avis sur cette question ?
Véronique Billat : Il m’est arrivé d’être chassée vous savez. Mais je suis française. J’aime vivre en France et contribuer à notre culture. Le sport en fait partie.

Le Blog Endurance Shop : Merci infiniment, c’est un honneur de vous avoir en interview chère professeure.

Véronique Billat

Quelques liens pour ceux qui sont intéressés

Conférence TEDx

Sujet l’Equipe TV

https://www.lequipe.fr/explore-video/018-marathon-moins-deux-heures/

Sujet Figaro

http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/10/02/01008-20181002ARTFIG00253-une-recette-pour-courir-un-marathon-en-moins-de-2-heures.php

Interview de Véronique Billat avant le record sur le vélodrome

À propos du record de Robert Marchand sur BFM TV

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/vitesse-a-velo-robert-marchand-realise-l-exploit-a-105-ans-900117.html

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This