Sélectionner une page

400m à parcourir, 36 degrés de pente, 185m de dénivelé positif, à une altitude de 1300m.

Par la rédaction. Photos © Red Bull 400, 2018 , Courchevel, France.

Voilà quelques chiffres de la course la plus raide du monde. Samedi 21 juillet 2018, la station de Courchevel a accueilli la 2ème édition française du Red Bull 400 sur son tremplin Olympique K 120. Pour l’occasion, le triple médaillé Olympique en ski alpin Alexis Pinturault était au départ, aux côtés de 1100 autres participants – en individuel ou en équipes relais. Parmi eux, des maestros de la course en montagne, déjà présents lors de la première édition, comme le tenant du titre de l’étape française, Monsieur Thibaut Baronian. Face à lui, il y aura Michel Lanne, vainqueur de la CCC (Courmayeur-Champex-Chamonix) en 2016 et de la TDS (Sur les Traces des Ducs de Savoie) en 2017, mais aussi des membres de l’Équipe de France de ski alpinisme comme Gédéon Pochat, Xavier Gachet ou William Bon Mardion, sans oublier les skieurs de fond Alexandre Pouyé et Clément Arnault. L’édition 2018 a aussi pu compter sur Robin Juillaguet, 3e au cross du Mont-Blanc 2016 et vainqueur de la Transjurassienne 2017 ainsi que sur Pierre Munier, un spécialiste des Spartan races. Un autre genre. Du côté des femmes, le plateau était tout aussi relevé. En l’absence de la gagnante 2017 Axelle Mollaret, des spécialistes de la course en montagne sont venus relever le défi : Stéphanie Duc (vainqueur du triathlon X3 2017), Romy Mey (championne d’Europe de Spartan race) et notre Corinne Favre nationale, skieuse et traileuse française de renom, adepte désormais des courses verticales.

3’08 » c’est le record du monde détenu par l’Allemand Anton Palzer. 3’27 », c’était le temps de référence chez les hommes de cette étape française, réalisé par Thibaut Baronian en 2017. 4’35 », c’est le temps de référence chez ces dames de cette étape française, réalisé par Axelle Mollaret en 2017.

Qu’a fait Thibaut Baronian ce samedi 21 juillet ? Il a remporté l’épreuve une fois de plus mais a aussi amélioré son temps, et donc par la même occasion le record de France, d’une seconde. 3’26 », voilà donc le tout nouveau record de France. De son côté, chez les féminines, c’est la suissesse Mélanie Jeannerod qui remporte l’épreuve en 4’43 ».

Il était 10h30 samedi matin lorsque le triple médaillé Olympique de ski alpin, Alexis Pinturault, a donné le coup d’envoi de cette deuxième édition. Chacune des 18 poules qualificatives qui se sont élancées comptait une cinquantaine de coureurs. C’est au bout des 100 premiers mètres que les coureurs entraient dans le vif du sujet en s’attaquant à la K-zone, un mur de 160 mètres incliné à 36° ! 36°…Ouf ! Les concurrents le parcourraient agrippés à un filet, le vide sous les pieds et, certainement, pour tous, le souffle coupé.

Le passage de la plateforme leur permettait de lever les yeux sur les derniers 100 mètres, et prendre une grande respiration avant d’affronter la dernière partie : le tremplin. Aie ! Un dernier effort mais pas des moindres pour venir à bout des marches et atteindre l’arrivée, les jambes coupées, vidées de toute énergie. Il était temps de récupérer en salle de repos et, pour certains, de repartir pour un 2ème tour. Les fous !

Ces poules de qualification ont laissé place aux repêchages afin de sélectionner les 45 meilleurs coureurs et coureuses pour la grande finale. Ils ont puisé dans leurs ressources pour une ultime montée qui a déterminé le podium de cette 2ème édition du Red Bull 400 made in France. Thibaut Baronian chez les hommes et Mélanie Jeannerod chez les femmes ont ainsi signé les meilleurs temps du jour, à Courchevel.

Podium femmes : 1/ Mélanie Jeannerod SUI (4’43 ») 2/ Suzy Walsham AUS (4’59 ») 3/ Ophélie Orset FRA (5’04 »)
Podium hommes : 1/ Thibaud Baronian FRA (3’26 ») 2/ Nathan Jovet FRA (3’36 ») 3/ Adrien Perret FRA (3’37 »)

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This