Sélectionner une page

Tarawera. Ou pourquoi on aime et on soutient l’Ultra-Trail® World Tour

15 février 2021 | Évènements

Par la rédaction. Photos © Unsplash

Le Tarawera Ultra-Marathon existe depuis 2009. La course qui offre plusieurs distance se déroule dans la région de Rotorua, sur l’île du Nord. L’événement se démarque non seulement par ses paysages mais aussi par son ambiance. La culture maori est un élément fort, présent tout du long. La course vient de se dérouler ce samedi et pour la 13ème fois. 13 éditions donc et déjà des coureurs prestigieux qui sont venus s’y affronter : Lucy Bartholomew, Nicole Bitter, Camille Herron, Magdalena Boulet, Fernanda Maciel, Amanda Basham, Tom Evans, Sage Canaday, Zach Bitter, Jim Walmsley, Jonas Buud, Michael Wardian, Gediminas Grinius, Dylan Bowman, Cody Reed…Cette année, COVID oblige, la course était exclusivement réservée aux coureurs locaux. Les épreuves proposées sont toujours les mêmes : 21 km, 50 km, 102 km et le 100 miles (160km) qui offre des points pour aller faire l’UTMB, « the world’s largest trail race » comme ils disent ces néo-z. Retenons aussi que le 102 km and 100 miles donne aussi des points pour aller faire la Western States 100-mile Endurance Run, tout simplement le plus vieux 100 miles au monde.

Tarawera Ultra Marathon
Tarawera Ultra Marathon

C’est Matt Urbanski, un Américain qui vit en Nouvelle-Zélande, qui s’impose chez les hommes avec plus d’une heure d’avance (il avait abandonné en 2020 mais, de toute façon, rassurez-vous, on ne le connaissait pas non plus) et Katie Wright qui bat de peu Fiona Hayvice (déjà gagnante en 2016).  Matt Urbanski : « Mon vol de retour pour les USA a été annulé l’année dernière à cause du COVID alors nous sommes restés dans le pays. Il est temps de rentrer lmaintenant, avec cette victoire sous le bras…Je me suis senti bien toute la journée. Mon motto c’était d’être patient, de bien m’alimenter, de faire attention. De gérer quoi. J’ai réussi à ne pas m’embaler et ça m’a apporté un sentiment de satisfaction très important tout au long de la journée. J’avais de la bonne musique dans mon téléphone et ça m’a porté. D’habitude sur un 100 miles je sais que vous pouvez avoir des moments de doute, des hauts très hauts mais aussi des bas très bas. Mais là, non, je n’ai pas connu de ces bas très bas que j’ai pu connaître sur de telles courses par le passé ».

Tarawera Ultra Marathon
Tarawera Ultra Marathon
Tarawera Ultra Marathon

« L’année dernière je n’étais pas très en forme. J’étais blessé, j’ai juste voulu voir ce que ça pouvait donner. J’ai voulu accrocher le top 10 et je me suis fait bouffer comme un débutant. Vraiment j’ai fait une belle course de crétin l’an passé. Mais cette année, j’étais en forme, j’étais prêt, j’avais un plan, j’étais confiant. J’ai abandonné deux fois sur les 15 100 miles auxquels j’ai participé et, pour l’un d’entre eux, j’ai su revenir et gagner la course. Pas mal non ? Cette course n’a pas été ma plus rapide mais elle n’a pas été ma plus lente non plus. J’adore le mystère qui règne dans ces forêts ici et puis les sentiers qui sont parfois si doux sous vos pieds. Ce n’est pas une course très technique et de ce fait ça me convient bien ». Matt Urbanski passe la ligne en 18h04’34 », devant un certain Doug Moore et Louis Schindler qui terminent respectivement en 19h11’33 » et 19h42’54 ».

Tarawera Ultra Marathon
Tarawera Ultra Marathon

Chez les femmes la course aura été beaucoup plus disputée avec une Katie Wright qui sort Fiona Hayvice à un tout petit plus d’un minute. C’est une différence bien faible après plus de 20h de course. Katie Wright avait déjà fait la course en 2019. C’était à l’époque sont premier 100 miles. On imagine la pression qui a régné sur ces deux filles tout au long de la course. Katie Wright : « J’ai doublé Fiona à 30 km de l’arrivée entre Millar et Blue Lake. Après cela, je n’ai pas bien réalisé à quel point elle était resté au contact. J’ai vraiment couru aussi fort que je pouvais et sans me retourner. Je ne savais pas exactement ou elle était mais je ne voulais pas qu’elle revienne. J’avais trop peur de savoir alors j’ai juste baissé la tête et j’ai foncé. Moi j’adore les sentiers techniques alors j’ai vraiment essayé de creuser l’écart dans ce type de portions parce que je savais qu’elle allait être plus rapide que moi sur les parties roulantes. Heureusement que sur la fin de la course j’avais mon pacer parce qu’elle m’a mis un bon coup de pied au fesses et ça m’a fait du bien ».

Tarawera Ultra Marathon
Tarawera Ultra Marathon

« La dernière fois que je suis venu faire cette course, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. Tout ce qui m’intéressait c’était de courir en moins de 24h, mais je ne savais pas du tout à quel point courir en moins de 24h sur ce parcours est un truc exceptionnel. J’avais fini en 23h45′ et j’étais super contente du résulat. Mais cette fois, avec plus d’expérience, je voulais passer la barre des 22h. Je m’en sentais parfaitement capable. J’avais fait tous mes calculs pour faire un sub-20 mais pendant la course je ne sais pas ce qui s’est passé avec mon GPS mais il a malfonctionné et ça m’a complètement mis dedans : je ne savais plus du tout où j’en étais. C’était complètement ridicule. Mais, après tout, c’est peut-être ça qui m’a sauvé parce que vu que ça m’a pas mal stressé, je n’ai pas traîné en route du tout ! La victoire n’étais pas acquise, loin de là vous savez. Je suis bien sûr une bien meilleure athlète qu’il y a deux ans. Du coup je vais revenir dans deux ans et essayer de gagner encore 3h à mon chrono final. Ah ah ah. Habituellement je ne me prends pas forcément au jeu de la compétition. J’y vais plus en diletante mais là, avec Fiona qui me collait aux fesses, je ne sais pas très bien ce qui s’est passé dans ma tête mais je me suis senti pousser des ailes et j’étais vraiment ravi de me donner à fond, sans doute pour la première fois de ma vie. Du coup, ça m’a fait basculer dans une autre mentalité et je comprends mieux maintenant pourquoi tant de gens se prennent au jeu de la compétition. C’est vachement fun !

Tarawera Ultra Marathon
Tarawera Ultra Marathon

Quand à Finoa Hayvice, elle courrait la Tarawera pour la 10ème fois. Elle passe la ligne en  20h20’42 ». Devant elle, Katie Wright passe en 20h19’19 », tandis qu’en 3ème position il y a Dawn Tuffery en 22h28’55 ».

Pour plus d’information sur ce Tarawera Ultramarathon : www.taraweraultra.co.nz

Quant à l’Ultra-Trail® World Tour, sachez qu’il a démarré en 2014 avec 10 événements seulement et qu’il en propose aujourd’hui 28 dans 22 pays et sur les 5 continents. Des épreuves d’origines à Hong-Kong, en Espagne, en Nouvelle-Zélande, en Australie, aux USA, en France et en Suisse se sont ajoutées des épreuves en Angleterre, Suède et Thaïlande. 

Infos sur www.ultratrail-worldtour.com

Retrouvez notre papier d’avant sur l’événement néo-zélandais ici : 
http://leblog.enduranceshop.com/tarawera-ultra-marathon-qui-vient-en-nouvelle-zelande-en-fevrier-part-ii/

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This