Sélectionner une page

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.

1 mars 2022 | News

Par la rédaction. Photos : Unsplash sur l’Ukraine

Ça ne s’arrange pas. Le board du Comité International Olympique (CIO) a réitéré aujourd’hui sa ferme condamnation de la violation de la trêve olympique par le gouvernement russe mais aussi le gouvernement biélorusse. Le CIO a encore rappelé que la résolution correspondante de l’ONU a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 2 décembre 2021 par consensus des 193 États membres de l’ONU (dont les russes !). La Trêve Olympique qui a commencé sept jours avant le début des Jeux Olympiques, le 4 février 2022, se terminera sept jours après la clôture des Jeux Paralympiques, c’est-à-dire le 14 mars 2022. #ilestfouceputin

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.

Les dirigeants du CIO ont donc encore exhorté hier toutes les fédérations sportives internationales à purement et simplement déplacer ou annuler leurs événements sportifs prévus en Russie ou en Biélorussie. Le but : tenir compte de la violation de la trêve olympique par les gouvernements russe et biélorusse et accorder la priorité absolue à la sûreté et à la sécurité des athlètes. De tous les athlètes. Le CIO, à ce jour n’a prévu aucun événement en Russie ou en Biélorussie. Quand on sait à quel point les retombés économiques directes et indirectes d’épreuves sportives professionnelles internationales (peu importe le sport) peuvent être importantes pour un pays, on se dit que ce diable de Putin a été mal conseillé sur ce coup-là. C’est le moins que l’on puisse dire.

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.

« En outre, explique le CIO, le board demande instamment qu’aucun drapeau national russe ou biélorusse ne soit affiché et qu’aucun hymne russe ou biélorusse ne soit joué lors d’événements sportifs internationaux qui ne font pas déjà partie des sanctions respectives de l’Agence mondiale antidopage (AMA) pour la Russie ». Vraiment, on a du mal à voir ce que Vladimir Putin va gagner dans cette histoire. Le CIO ajoute : « Dans le même temps, la CE du CIO exprime son plein soutien au Comité International Paralympique (CIP) pour les prochains Jeux Paralympiques d’hiver de Pékin 2022 ».

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.

Le CIO exprimait donc hier encore ses profondes inquiétudes quant à la sécurité des membres de la communauté olympique en Ukraine et se montrait foncièrement solidaire. Notons qu’un groupe de travail spécial du CIO est en contact avec la communauté olympique ukrainienne pour coordonner une aide humanitaire. C’est beau le sport. #faitesdusportpaslaguerre

Nous menons une veille sur ce sujet de l’Ukraine dans le domaine du sport. Pour ceux qui l’ont manqué, voici notre papier d’hier : https://leblog.enduranceshop.com/treve-olympique-quand-putin-sen-fout/

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout. Suite.

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This