Sélectionner une page

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.

25 février 2022 | News

Par la rédaction. Photos : Unsplash sur l’Ukraine

Sebastian Coe est le boss anglais de la fédé d’athlétisme international (ex-IAAF rebaptisée World Athletics en 2019). Ancien coureur (4 médailles d’or aux JO), Coe est secondé dans son rôle par Sergey Bubka, ancien perchiste de l’Union Soviétique qui possède aujourd’hui la double nationalité russe et….ukrainienne. Bubka est en effet vice-président de World Athletics. Autant dire que ce qui se passe entre la Russie et l’Ukraine depuis quelques jours lui tient à cœur. Sergey Bubka a détenu le record du saut à la perche pendant 21 ans, entre 1993 et 2014 (6,15 mètres). 2014 : Renaud Lavillenie passe 6,16 m lors à Donetsk, en Ukraine. Intéressant. *

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.

Les deux leaders de World Athletics, l’anglais Sébastian Coe et l’Ukrainien Sergey Bubka dénoncent depuis hier l’invasion Russe via un communiqué de presse on ne peut plus clair et cinglant.

« World Athletics est consterné par les récents développements en Ukraine et condamne fermement l’invasion militaire russe. Le président de World Athletics, Sebastian Coe, s’est entretenu avec son vice-président senior Sergey Bubka ainsi qu’avec la Fédération ukrainienne d’athlétisme et a offert tout le soutien pratique qu’il est en mesure apporter. World Athletics continue de surveiller attentivement la situation sur le terrain. Il n’y a aucune raison de croire que cela affectera l’organisation en 2022 des Championnats du monde d’athlétisme par équipes de marche de Muscat au Sultana d’Oman ou encore les Championnats du monde d’athlétisme en salle de Belgrade en Serbie. Si ces circonstances devaient changer, World Athletics en informerait rapidement toutes les parties prenantes ».

Notons que la Fédération russe d’athlétisme (RusAF) est suspendue de World Athletics depuis 2015, en raison de violations de règlements sur le dopage, et n’est donc pas éligible pour accueillir des événements mondiaux d’athlétisme ou envoyer des équipes à des championnats internationaux.

BOUM !

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.

L’autre prise de parole qui nous intéresse aujourd’hui c’est aussi bien sûr celle du CIO.

D’abord il faut savoir que la résolution dite de la Trêve olympique a été de nouveau et sans surprise adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 2 décembre 2021, par consensus des 193 États membres de l’ONU (y compris la Russie, membre depuis 1991 !!!!). Cette résolution de la Trêve olympique est adoptée avant chaque olympiade depuis 1994. L’appel est lancé tous les deux ans, juste avant le début des Jeux olympiques d’hiver, d’été et paralympiques (Depuis 2006, l’appel a en effet également été lancé pour les Jeux paralympique). C’est le Président de l’Assemblée générale qui lance cet appel à tous les États pour qu’ils observent cette Trêve olympique durant les Jeux née de la tradition grecque de l’ekecheiria (la Trêve), créée au VIIIe siècle avant J.-C. en tant que principe sacré de l’olympisme. Mais ça, Vladimir Putin et ses petis soldats russes s’en foutent visiblement pas mal. Dommage.

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.

Le Comité international olympique (CIO) condamne donc la violation de la trêve olympique par le gouvernement russe.

La Trêve Olympique a commencé sept jours avant le début des Jeux Olympiques, le 4 février 2022, et se termine sept jours après la clôture des Jeux Paralympiques. Les JO se sont terminés le 20 avril, oui, mais les Jeux Paralympique sont à venir entre les 4 et 13 mars prochain. On est donc encore en pleine Trêve Olympique ! #putinquestcequetufabriques ?

Le président du CIO, Thomas Bach, avait réitéré son appel à la paix dans ses discours lors des cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Olympiques. Extrait : « Honorez votre attachement à cette trêve olympique. Donnez une chance à la paix ». Lors de la cérémonie de clôture, il a également demandé aux responsables politiques « de s’inspirer » de « l’exemple de solidarité et de paix » donné par les athlètes olympiques. À la suite des événements récents, le CIO se dit profondément préoccupé par la sécurité de la communauté olympique en Ukraine. Le CIO aurait mis en place un groupe de travail chargé de suivre de près la situation et de coordonner l’aide humanitaire aux membres de la communauté olympique en Ukraine. Rappelons que Comité International Olympique est une organisation internationale civile non gouvernementale et à but non lucratif. Le CIO est en effet composé de bénévoles qui s’engage à bâtir un monde meilleur grâce au sport et qui redistribue plus de 90 % de ses revenus au mouvement sportif au sens large. « Chaque jour, l’équivalent de 3,4 millions de dollars est reversé pour aider les athlètes et les organisations sportives à tous les niveaux dans le monde » rappelle encore le CIO ces jours-ci.

Conclusion : même s’il est difficile de se positionner avec certitude sur ce qui se déroule en ce moment même en Ukraine (quid des revendications russes contre l’expansion de l’OTAN ? Quid des accords de Minsk ?), on peut quand même avancer qu’au lieu de balancer des bombes sur la tête de civils innocents, Vladimir Putin ferait mieux de mettre sa grande intelligence et son sens aiguë de la stratégie (le type n’est pas un ancien du KGB pour rien) au service du développement d’activités pacifiques qui honorent l’Homme et rassemble les peuples. Cela pourrait commencer par renouer des liens sincères et justes avec des instances internationales comme World Athletics ou encore le Comité International Olympique. Cela permettrait aussi en passant aux athlètes Russes qui gagnent des médailles à chaque championnat du monde ou Jeux Olympique d’entendre leur hymne national et non plus le concerto pour piano numéro 1 de Tchaikovsky, au demeurant très beau. Voilà, c’est dit. Merci Sebastian Coe. Merci Sergey Bubka. C’est ça le courage.

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.

PS : tout cela soulève une autre question de sport intéressante : l’interdiction pour la Russie d’avoir des équipes officielles doit prendre fin le 16 décembre 2022. À moins d’autres incidents lié au dopage, les athlètes russes pourraient donc concourir sous leur propre drapeau aux Jeux olympiques d’été de 2024 à….Paris. Que fera, que dira, notre président à ce moment-là ? Ce qui se passe en ce moment-même en Ukraine peut-il, doit-il, justifier des sanctions sur le plan sportif aux équipes russes ?

Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.
Trêve Olympique. Quand Putin s’en fout.

* Le Blog Endurance Shop est un support marketing des magasins Endurance Shop by GoSport. Le Blog Endurance Shop vous parle de la culture du running. Notre team fait des tests matos, interview des personnalités et se fait le relais d’événements importants pour notre communauté, qu’ils touchent de près ou de loin les sports d’endurance que nous aimons. Que nous adorons. Que nous chérissons. Parfois, quand l’actualité est forte sur un sujet ou sur un autre, nous donnons notre avis. Cela n’engage que nous, ici, à la rédaction. Nous sommes de plus toujours ouvert à la discussion, au débat d’idée. Mais dans le calme, sans trolling, sans insultes. Sur cette histoire de guerre en Ukraine, nous ne pouvons que révéler notre tristesse infinie de voir qu’en 2022, il y a encore aux portes de l’Europe des innocents qui meurent sous les balles et les bombes pour des raisons obscures, injustes. C’est triste. C’est absurde. C’est fratricide. C’est donc honteux. Cette histoire nous fait mal. Très mal. #cessezlefeu #retourdelapaix

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This